Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Syrie: l'opposition contrôle les deux tiers du pays (renseignement israélien)

S'abonner
Les troupes de l'opposition contrôlent les deux tiers du territoire syrien, notamment la plupart des villes de ce pays en proie depuis deux ans à un conflit civil, a annoncé le chef du renseignement militaire israélien, le commandant Aviv Kochavi.

Les troupes de l'opposition contrôlent les deux tiers du territoire syrien, notamment la plupart des villes de ce pays en proie depuis deux ans à un conflit civil, a annoncé le chef du renseignement militaire israélien, le commandant Aviv Kochavi.  

"La Syrie ne doit pas être perçue comme un ensemble unifié. Il y a l'Etat d'Assad et celui des insurgés qui contrôlent les deux tiers des agglomérations urbaines du pays. La plupart des villes sont entièrement ou partiellement occupées par les rebelles", a déclaré M.Kochavi lors d'une conférence à Herzlia.  

Le chef du renseignement a en outre noté que l'islamisme radical gagnait du terrain au sein de l'opposition. Une fois accompli le renversement du président Bachar el-Assad, qui est leur tâche principale, ils "dirigeront leurs efforts contre Israël".  

Aviv Kochavi a expliqué que le plateau du Golan, zone de séparation entre Israël et Syrie, s'était transformé en "mosaïque d'enclaves en guerre". 

"Onze des 17 passages (entre la zone démilitarisée annexée par l'Etat hébreu et le reste de la Syrie) sont entre les mains des rebelles et accueillent non seulement des réfugiés, mais aussi des armes et des éléments djihadistes", a déclaré le responsable israélien.  

M. Kochavi assure que les troupes gouvernementales s'apprêtent à employer des armes chimiques contre les insurgés. "Assad n'a pas encore donné l'ordre approprié, mais il s'y prépare déjà", explique-t-il. 

Soucieux de l'avenir de leur allié, l'Iran et le mouvement islamiste libanais Hezbollah ont formé et implanté en Syrie une "armée du peuple" composée de 50.000 personnes qui agissent aux côtés des troupes gouvernementales. Leur nombre pourrait passer en 2013 à 100.000 hommes, a expliqué Aviv Kochavi. 

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала