Chypre au centre d'un bras de fer entre Merkel et Poutine (New York Post)

Des approches différentes de la crise chypriote opposent la chancelière allemande Angela Merkel et le président russe Vladimir Poutine, affirme le quotidien américain New York Post.

Des approches différentes de la crise chypriote opposent la chancelière allemande Angela Merkel et le président russe Vladimir Poutine, affirme le quotidien américain New York Post.

"La chancelière Angela Merkel connue pour sa rhétorique rigoureuse [au sujet du problème chypriote] a enfin trouvé un opposant à sa mesure", indique le journal.

Selon l'auteur de l'article, Katja Whitehouse, le chef de l'Etat russe a convaincu le parlement de Chypre - pays considéré comme un paradis fiscal - de rejeter la proposition d'établir une taxe draconienne sur les dépôts bancaires.

"Le vote des législateurs chypriotes contre cette initiative constitue un défi lancé à la chancelière allemande", affirme Mme Whitehouse.

Pour le président russe, le plan élaboré le week-end dernier par les dirigeants européens à Bruxelles est à la fois " injuste, non professionnel et dangereux". Ce plan prôné par Mme Merkel consiste à frapper d'une taxe allant de 6 à 10% tous les avoirs déposés dans les banques de Chypre, y compris par des personnes physiques et morales russes.

Selon l'agence Moody's,  les avoirs russes sur l'île s'élèvent à 31 milliards de dollars.

D'après les experts américains, l'idée de taxer les dépôts bancaires comporte un risque pour l'économie mondiale.

"C'est une pente savonneuse", a déclaré l'économiste en chef de Moody's Investors Services John Lonski, après avoir prévenu que cette mesure pourrait être reprise à l'encontre des banques d'autres pays en difficulté telles que l'Espagne et l'Italie.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала