Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Moscou renonce aux hélicoptères à commande numérique

© RIA Novosti . Maxim BogovidIzvestia
Izvestia - Sputnik France
S'abonner
L'armée de l'air russe n’achètera pas la nouvelle version des hélicoptères Ansat, équipés d'un nouveau système de contrôle numérique permettant de diriger l'appareil grâce à un levier électronique. Les systèmes mécaniques actuels fonctionnent avec des câbles et des systèmes hydrauliques qui relient le "manche à balai" aux dispositifs de contrôle, écrit mercredi le quotidien Izvestia.

L'armée de l'air russe n’achètera pas la nouvelle version des hélicoptères Ansat, équipés d'un nouveau système de contrôle numérique permettant de diriger l'appareil grâce à un levier électronique. Les systèmes mécaniques actuels fonctionnent avec des câbles et des systèmes hydrauliques qui relient le "manche à balai" aux dispositifs de contrôle, écrit mercredi le quotidien Izvestia.

Pour l'instant seuls les avions comme les derniers Airbus, Boeing, Tupolev et Sukhoi Superjet sont équipés de tels systèmes - mais ce n'est pas le cas des hélicoptères civils. L'usine d'hélicoptères de Kazan a été la première à installer un système numérique sur ses appareils.

Cependant les échecs sont nombreux. Le Comité intergouvernemental de l'aviation (MAK) a d’abord suspendu le certificat autorisant l'exploitation commerciale de l'appareil et aujourd'hui l'armée a renoncé aux hélicoptères "numériques".

Les essais des Ansat équipés de systèmes numériques se sont déroulés en 2012 dans le Centre de formation et de reconversion du personnel de l'armée de l'air de Torjok.

D'après l'un des pilotes de ce centre, le système numérique s'est avéré sensible à l'humidité et tombait régulièrement en panne – plus de 30 avaries ont été constatées.

"Vu la mauvaise fiabilité du système nous avons seulement effectué quelques vols au-dessus de l'aérodrome, c'est tout", explique une source proche du dossier.

Actuellement, tous les Ansat numériques ont été envoyés à l'Ecole d'hélicoptères de Syzran.

On devrait y poursuivre leur exploitation pour la formation pratique des élèves-officiers.

"L'un des avantages des commandes numériques est qu’on peut les régler pour imiter n'importe quel appareil, autrement dit il est possible d'imiter le contrôle de plusieurs engins à la fois sur un seul hélicoptère. A l'époque c'est cette particularité qui avait intéressé l'armée de l'air pour le choix d'un nouvel hélicoptère d'entraînement", explique un représentant de l'état-major de l'armée de l'air.

Toutefois, il souligne que l'armée de l'air achètera les hélicoptères de transport Ansat avec un système hydraulique classique. La porte-parole de l'usine de Kazan Vlada Krotova a expliqué que les essais de l'hélicoptère Ansat-U ont été autorisés par le chef d'état-major de l'armée de l'air Alexandre Zeline le 18 octobre 2009.

"Après les essais, l'hélicoptère a été recommandé pour être mis en service. Les essais de contrôle se sont terminés en 2012 et l'acte a été signé le 12 août 2012", explique Krotova.

Elle ajoute que la majeure partie des remarques faites par les militaires au cours des essais avaient été prises en compte. Toutefois, le certificat d'aptitude de vol pour la version numérique civile de l’Ansat a été suspendu par le MAK car "nulle part dans le monde les hélicoptères civils à commandes numériques n'ont été certifiés et les normes fondamentales des systèmes de contrôle numériques sur les hélicoptères dans la pratique mondiale n'ont pas encore été approuvées.

L'expert militaire indépendant Anton Lavrov a déclaré que les systèmes numériques de contrôle des hélicoptères étaient à la pointe de l'industrie. Les plus grands acteurs du marché travaillent activement dessus.

"Ce système est plus léger, prend moins de place et permet d'améliorer la maniabilité de l'hélicoptère. Mais il est plus difficile d'entretien et plus cher, il demande une qualité irréprochable de tous les éléments", a expliqué Lavrov.

Selon lui, il n'existe dans le monde encore aucun hélicoptère civil à commandes numériques qui soit autorisé à transporter des passagers.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала