Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Le Pakistan entre antiaméricanisme et entente cordiale avec les USA

S'abonner
Sept personnes ont été tuées et quatre autres blessées au Pakistan dans une attaque de drone américain, ont communiqué mercredi les autorités pakistanaises. Le drone a porté une double frappe sur une maison de Chashma, un village situé à trois kilomètres à l'est de Miranshah, principale ville du Waziristan du Nord. Le ministère pakistanais des Affaires étrangères a condamné l'attaque, qualifiant l'incident de violation de la souveraineté nationale. « Toute attaque de drone est une violation de l'intégrité territoriale et de la souveraineté et nous condamnons cet incident », a déclaré le porte-parole du ministère de l'Information du Pakistan.

Il s'agit de la première attaque de drone menée par les Américains depuis les élections législatives au Pakistan. Il y a moins d'un mois Nawaz Sharif, dirigeant de la Ligue musulmane du Pakistan qui a remporté les élections, a déclaré que l'utilisation par les Etats-Unis de drones au Pakistan constituait un défi à souveraineté du pays. Le futur premier ministre a exprimé l'espoir que les préoccupations du Pakistan seraient comprises à Washington.

Sans ces propos anti-américains, Nawaz Sharif pourrait perdre les sympathies d'un grand nombre d'électeurs. Au Pakistan, l'anti-américanisme est très prononcé, note Vadim Kosiouline, professeur à l'Académie militaire de Moscou.

«Pour ce qui est des rapports entre le Pakistan et les Etats-Unis, il est évident qu'ils ne sont pas dans leur meilleure phase. Le mécontentement grandit au Pakistan face au programme d'utilisation de drones et à leur emploi sur le territoire du Pakistan, notamment dans la zone tribale. »

Selon le service Gallup, le Pakistan est champion du monde des états d'esprit anti-américains. Le nouveau premier ministre Nawaz Sharif devra en tenir compte. Cependant la nouvelle frappe de drone le place dans une situation délicate. Comment réagira-t-il ? Se contentera-t-il d'une protestation anodine comprenant parfaitement que cela ne changera rien ? Fera-t-il une déclaration intransigeante sur la nécessité de revoir le système des relations américano-pakistanaises ? Il a déjà tenu des propos similaires au cours de sa campagne électorale.

Quoi qu’il en soit, la thèse de la nécessité de revoir les relations américano-pakistanaises semble assez contradictoire dans sa bouche. Elle est tout à fait logique du point de vue de la lutte électorale : elle répond entièrement aux attentes des électeurs. Mais elle ne correspond pas à l'état d'esprit des élites au pouvoir. Car les Etats-Unis restent un sponsor de l'économie pakistanaise en proie à la crise et le principal fournisseur d'armements pour l'armée pakistanaise, en dépit du rapprochement évident entre le Pakistan et la Chine ces dernières années. Nawaz Sharif doit relever un sérieux défi : louvoyer entre la montée de l'anti-américanisme et la nécessité d'entretenir avec les Etats-Unis des relations qui avantagent avant tout les élites pakistanaises au pouvoir. T


Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала