Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Préparation des paras russes pour la Syrie

S'abonner
Le ministère de la Défense russe prépare une éventuelle opération de maintien de la paix au Proche-Orient, écrit le quotidien Nezavissimaïa gazeta du 10 juin 2013.

Le ministère de la Défense russe prépare une éventuelle opération de maintien de la paix au Proche-Orient, écrit le quotidien Nezavissimaïa gazeta du 10 juin 2013.

Si le Conseil de sécurité des Nations unies décidait d'envoyer des casques bleus russes sur le plateau du Golan, il s'agirait très certainement d'un bataillon de la 31ème brigade d'assaut aéroportée – équipé du matériel standard.

A la demande du ministère, cette unité qui ne compte que des militaires sous contrat a commencé sa préparation le 1er janvier 2013, selon une source du ministère.

L'officier qui a livré ces informations explique que les unités aéroportées ont une grande expérience des opérations de maintien de la paix et c'est pourquoi il a été décidé d'envoyer des paras sur la ligne de démarcation entre les forces israéliennes et l'armée syrienne, au lieu de la 15ème brigade de maintien de la paix de l'armée de terre.

Certains officiers de la 31ème brigade aéroportée ont déjà mené de telles opérations au Kosovo et en Abkhazie, participé aux opérations contre la Géorgie pendant la guerre d'août 2008 et ont également protégé des sites militaires russes et l'ambassade au Kirghizstan pendant les émeutes survenues dans ce pays à l’été 2010. Il est également prévu de renforcer ce bataillon aéroporté par un groupe d'aviation constitué d’hélicoptères de transport et de combat Mi-8 et d’hélicoptères d'attaque Mi-24.

Cette option est très plausible : samedi dernier l'ambassadeur de Russie à l'Onu Vitali Tchourkine a déclaré que la Russie pouvait envoyer environ 300 casques bleus sur le terrain - "soit près d'un bataillon" - dans la zone de démarcation entre la Syrie et Israël sur le plateau de Golan. A la question de savoir s'il serait nécessaire de changer le mandat des casques bleus en raison du risque de confrontation entre l'armée et l'opposition syrienne, Tchourkine a répondu qu'il était nécessaire de faire en sorte que le "personnel de la Fnuod (Force des Nations unies chargée d'observer le dégagement) soit plus en sécurité dans la zone de démarcation". D'après l'expérience de l'Onu, ce sont les groupes d'aviation qui y contribuent quand il s’agit d’une mission de maintien de la paix.

Et les pilotes militaires russes n’en sont pas à leur premier théâtre d’opérations.

"Le ministère de la Défense a bien fait de charger les troupes aéroportées de cette mission de maintien de la paix. Dans ma carrière j'ai eu l'occasion d'observer à plusieurs reprises leurs opérations au Kosovo et dans d'autres points chauds : ils étaient efficaces. Je suis persuadé qu'ils accompliront leur mission au Proche-Orient", a déclaré le général Leonid Ivachov, qui fut pendant plusieurs années à la tête de la Direction principale de la coopération militaire internationale auprès du ministère de la Défense. Selon lui, "les paras russes ont fait leurs preuves en tant que casques bleus à la fin des années 1990 et au début des années 2000".

A en juger par les déclarations officielles du Kremlin et du ministère de la Défense, les troupes aéroportées russes compteront bientôt parmi les principaux "fournisseurs" de casques bleus dans le monde. "Nous continuerons à coopérer avec nos partenaires de l'Onu pour le maintien de la paix", a déclaré vendredi dernier le président Vladimir Poutine pendant une réunion avec les généraux.

Plus tôt, le général Vladimir Chamanov, chef des troupes aéroportées, avait évoqué les plans de ses unités. Selon lui, "le ministère de la Défense a décidé de recréer le poste de commandant adjoint des forces de maintien de la paix et de la Force collective de réaction rapide (KSOR), qui commandera une section de huit hommes. Parmi ses missions, cette section sera chargée de travailler avec l'état-major interarmées de l'OTSC (Organisation du traité de sécurité collective) et avec les organismes de l'état-major interarmées qui coopèrent avec l'Onu. L'état-major interarmées a ordonné de former la 31ème brigade comme des casques bleus et de créer, dans chacune des quatre divisions, un bataillon entièrement composé de militaires sous contrat. "Nous tenterons d'accomplir cette tâche d'ici le 1er juillet et les bataillons de maintien de la paix apparaîtront dans les divisions pas plus tard que le 1er septembre 2013".

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала