Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Marche arrière. La Grèce perd son statut de marché développé

S'abonner
Les difficultés rencontrées par l’économie grecque continuent de focaliser l’attention des experts financiers. Quelques années après le commencement de la crise économique et financière en cours dans ce pays méditerranéen le fournisseur d’indices MSCI (Morgan Stanley Capital International) World a retiré à la Grèce le statut de marché développé, attribué en 2001. Cela en raison de la chute des indices boursiers de la Grèce, de la stagnation générale sur le marché boursier local, des difficultés à attirer des capitaux et meme du développement de marchés de troc.

L’indice se compose de titres des pays suivants :

Allemagne, Australie, Autriche, Belgique, Canada, Danemark, Espagne, États-Unis, Finlande, France, Hong Kong, Irlande, Israël, Italie, Japon, Nouvelle-Zélande, Norvège, Pays-Bas, Portugal, Singapour, Suède, Suisse, Royaume-Uni.

Comme nous le voyons, ce groupe de pays développés inclut plusieurs économies « à problèmes » de l’UE, notamment, le Portugal et l’Irlande. Alors que la Grèce a perdu ce privilège.

D’ailleurs le professeur à l’Académie russe des Finances Boris Roubtsov a appelé dans un entretien avec notre correspondant à ne pas ériger en absolu les évaluations et les conclusions même de principales agences de notation. D’autant que leurs experts constatent plutôt la situation déjà existante qu’élaborent des pronostics surs et multilatéraux de l’évolution de la situation ou proposent un choix de tel ou tel autre modèle anticrise :

Cela dépend déjà du pays concret et de son classement en Europe et dans le monde. C’est le facteur principal. L’état dans un pays ou le modèle qui lui est proposé est-il meilleur ou pire – la question de retenir une quelconque solution optimale dépend déjà de l’Etat lui-même.

La Grèce n’est pas le seul pays à être reclassé. Les experts du MSCI ont également abaissé la classification du Maroc, en faisant passer son indice dans la catégorie des marchés frontières au lieudes marchés émergents. Tandis que les indices du Qatar et des Emirats Arabes Unis on été revus à la hausse sans pour autant atteindre la catégorie de pays développés. Il est curieux qu’ils soient rangés dans le même groupe que les pays du BRICS (Brésil, Russie, Inde et Chine), ce qui fait ressortir une fois de plus le caractère objectivement conventionnel de telles méthodes de classement du MSCI World.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала