Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Egypte/manifestations: une journaliste hollandaise violée au Caire (source)

© Sputnik . Andrei Stenin / Aller dans la banque de photosLes manifestations sur la place Tahrir au Caire
Les manifestations sur la place Tahrir au Caire - Sputnik France
S'abonner
Une journaliste hollandaise a été violée alors qu'elle couvrait les manifestations sur la place Tahrir au Caire, a annoncé sur sa page Facebook la journaliste égyptienne Dina Zakaria, qui travaille pour la chaîne Egypt 25.

Une journaliste hollandaise a été violée alors qu'elle couvrait les manifestations sur la place Tahrir au Caire, a annoncé sur sa page Facebook la journaliste égyptienne Dina Zakaria, qui travaille pour la chaîne Egypt 25.

"Une journaliste hollandaise a été violée par des hommes qui se qualifiaient de révolutionnaires. Son état est grave, elle a été hospitalisée", indique la source.

L'ambassade des Pays-Bas au Caire a confirmé l'incident. Le viol aurait été perpétré il y a quelques jours par cinq hommes.  "La victime a été hospitalisée au Caire puis rapatriée. Elle était accompagnée par des membres de sa famille", indique un communiqué de l'ambassade.

"Nous prenons toutes les mesures nécessaires, nous capturerons les agresseurs", a de son côté déclaré le porte-parole du président égyptien Ihab Fahmi cité par le quotidien Daily News.

Plusieurs viols de journalistes ont eu lieu par le passé sur la place Tahrir, épicentre de la contestation égyptienne depuis la chute d'Hosni Moubarak début 2011.

La situation en Egypte s'est nettement détériorée le 30 juin suite aux rassemblements massifs de protestation contre la gouvernance de Mohamed Morsi.

Le commandement des forces armées égyptiennes a accordé lundi 48 heures à toutes les forces politiques du pays pour remplir les exigences du peuple. L'armée a également fait savoir que si la volonté populaire n'était pas respectée, les militaires appliqueraient leur propre plan d'action visant à sortir le pays de la crise.

L'opposition a accordé à Morsi jusqu'à mardi pour démissionner de son plein gré. S'il refuse, il sera confronté à des actions massives de désobéissance civile.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала