Seul mot d’ordre – croissance!

Seul mot d’ordre – croissance!
Ce week-end, à Moscou, les ministres des Finances et les banquiers centraux se sont réunis pour préparer le sommet du G20 en septembre à Saint-Pétersbourg. Tous sont tombés d'accord sur l'impératif à court terme, un seul mot d’ordre pour tous - la croissance.

Autre préoccupation de taille – la reprise dans le domaine de l'emploi. Ces deux questions repoussaient quelque peu le problème de la discipline budgétaire au second plan. Les chefs des délégations se sont engagés à présenter un plan d'action au sommet des chefs d'État à Saint-Pétersbourg.

Face à la montée du chômage, décidés de combattre ensemble l’ennemi commun, les ministres des Finances et de l'Emploi ont tenu une réunion spéciale. «La priorité de court terme, c'est la croissance, la croissance, la croissance,» - a déclaré lors d’un point presse le ministre français de l'Économie, Pierre Moscovici.

Nous sommes à six mois de la visite de François Hollande à Moscou. Un des points importants fixé lors de ce déplacement en février dernier était un déséquilibre important entre les investissements français en Russie qui se montent à 12 milliards d’euros et les investissements russes en France qui n’atteignent qu’un milliard d’euros. Logiquement, la croissance espérée par la France, doit passer par les investissements. Y-a-t-il eu des pas concrets, des mesures concrètes prises depuis ? Quel est l’avenir de la relation dans le domaine des investissements entre deux pays ?

Pierre Moscovici. Je crois que la visite du Président Hollande a été une grande réussite. C’était une grande réussite des deux côtés, je crois, avec dimension économique qu’a été affirmé : la volonté de construire entre nos deux pays un partenariat stratégique. Nous accordons une grande importance à la Russie. Nous souhaitons développer nos investissements dans ce pays, ils sont déjà au bon niveau. Nous pouvons faire d’avantage encore. Il y a des contacts qui sont pris, des prospects, nous nous battons sur les marchés. Nous rencontrons un bon accueil, une forte sympathie, je le sais. Je dirai que cette visite d’Etat, cette visite du Président Hollande a mis cette relation sur les bons rails. Nous voyons les choses se développer.

Six mois – c’est court quand il s’agit d’investissement pour infléchir les choses fortement. Nous voyons les choses se développer avec un état d’esprit tout à fait positif. Je pense qu’en effet que cette visite aura porté ses fruits.

Donc, nous souhaitons d’avantage investir en Russie et d’avantage avoir des investissements russes en France. Mettons les bouchées doubles !

 

L’Ambassadeur Jean de Gliniasti a, par ailleurs, précisé que lors de la visite présidentielle en février 2013 un mémorandum de la création du fond commun a été signé pour favoriser l’investissement.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала