Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Gisement pétrolier Nassiriya en Irak : Rosneft avance ses pions

© Photo : RIA NovostiGisement pétrolier Nassiriya en Irak : Rosneft avance ses pions
Gisement pétrolier Nassiriya en Irak : Rosneft avance ses pions - Sputnik France
S'abonner
Rosneft met le cap sur l’Irak. La compagnie pétrolière russe a été retenue pour participer à l’appel d’offres concernant l’exploitation du champ pétrolier Nassiriya. Rosneft peut prétendre à l’extraction et au raffinage du pétrole dans le Sud du pays. Les experts évoquent comme partenaire le plus probable des Russes dans ce projet irakien la Corporation pétrolière nationale de Chine (China National Petroleum Corporation), également admise à cet appel d’offres.

Rosneft est la troisième compagnie russe autorisée à participer à cet appel d’offres après Zaroubejneft et Loukoil au printemps dernier, des compagnies qui travaillent déjà depuis plusieurs années dans cette république. Un commentaire du directeur de l’Institut du secteur énergétique national, Sergueï Pravossoudov.

« Dès l’époque soviétique, notre pays coopère activement avec l’Irak, y compris dans la sphère d’extraction de pétrole. On sait que l’Irak est riche en ressources pétrolières. Le pétrole y est d’assez bonne qualité et revient relativement bon marché. C’est comme un gâteau, dont de nombreux Etats voudraient avoir leur part. L’Irak salue les investisseurs et travaille volontiers avec des compagnies étrangères, à la différence d’autres pays du Proche-Orient. »

Outre les compagnies russes, neuf compagnies étrangères participent à l’appel d’offres. Parmi elles, la CNPC chinoise, Maurel & Prom et Total françaises, et Oil and Naturel Gas Corporation Limited indienne. L’appel d’offres pour Nassiriya a été lancé par les autorités irakiennes en novembre 2012. Le contrat avec le gagnant sera conclu avant la fin de l’année prochaine. Rosneft cherche des projets intéressants à travers le monde, projets qui sont assez assez prometteurs en Irak, remarque le directeur du département analytique de la compagnie Alpari Alexandre Razouvaïev.

« C’est une diversification du business du point de vue de la stratégie de Rosneft. Il faut aussi comprendre que les risques politiques et sécuritaires ne sont pas aussi grands qu’avant. Le coût de revient de la production est assez bon marché. Suivant les champs pétroliers dans la plupart des régions, il représente quelque chose de l’ordre d’un dollar par baril de pétrole. »

Les autorités irakiennes cherchent depuis plus de trois ans à attirer des compagnies pétrolières étrangères à la mise en œuvre du projet Nassiriya. Les experts attribuent cette prudence à la situation politique incertaine dans le pays. Le gagnant de l’appel d’offres ne voudra pas risquer seul, mais cherchera un partenaire pour ce projet. Et Rosneft fera de même s'il remporte l'appel d'offre, considère Sergueï Pravossoudov. Le partenaire le plus probable de Rosneft en Irak est, d’après les experts, la compagnie chinoise CNPC. Les analystes l’expliquent par les importants engagements de la compagnie publique pour la livraison de pétrole à la Chine. A la fin du mois de juin, Rosneft et CNPC se sont entendues sur les livraisons de 365 millions de tonnes. Pour cette raison, la coopération avec CNPC d'une part, aidera Rosneft à honorer le contrat, et de l’autre, garantira l’écoulement du pétrole extrait du champ irakien.    /N

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала