La Syrie utilisera tout son potentiel militaire en cas d'agression (diplomate)

La Syrie prendra toutes les mesures pour se défendre en cas d'intervention militaire de l'Occident, mais la stratégie américaine est vouée à l'échec, a déclaré mercredi à RIA Novosti l'ambassadeur syrien à Moscou Riyad Haddad.

La Syrie prendra toutes les mesures pour se défendre en cas d'intervention militaire de l'Occident, mais la stratégie américaine est vouée à l'échec, a déclaré mercredi à RIA Novosti l'ambassadeur syrien à Moscou Riyad Haddad. 

"Nous nous défendrons avec tous les moyens dont nous disposons", a affirmé l'ambassadeur, ajoutant que la Syrie "ne se rendrait pas".

Le diplomate a évité de donner une réponse concrète à la question de savoir si Damas utiliserait les systèmes antiaériens S-300 qu'il devait avoir reçu de Russie, mais a déclaré que "la Syrie ne manquait pas de moyens de défense".

M. Haddad a qualifié d'inconsistantes les allégations occidentales concernant l'utilisation d'armes chimiques par les autorités syriennes.

"Ce sont des terroristes armés et des groupes terroristes qui ont lancé une attaque chimique dans la région de Damas. Il s'agit bien d'une action projetée à l'avance, d'autant plus qu'elle a été commise au moment où les experts de l'ONU se trouvaient en Syrie. Il n'existe aucune preuve confirmant l'implication du gouvernement et des forces armées de la Syrie. Les accusations occidentales sont politiquement motivées", a constaté l'ambassadeur syrien.

Il a ajouté que "la stratégie américaine au Proche-Orient finirait par échouer".

Le vice-ministre syrien des Affaires étrangères Fayçal Mekdad a annoncé mercredi  que la Syrie avait fourni aux inspecteurs de l'ONU des preuves attestant que Damas n'avait pas utilisé de substances toxiques.

 
Le Conseil de l'Otan réuni à Bruxelles au niveau des ambassadeurs des 28 pays de l'Alliance a pour sa part affirmé que l'implication des autorités syriennes dans l'usage d'armes chimiques était confirmée par des preuves provenant de différentes sources.
 
Certains pays occidentaux, dont les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France, ont profité des informations faisant état de l'attaque chimique présumée pour appeler ouvertement à une intervention militaire en Syrie sans aval du Conseil de sécurité de l'ONU.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала