Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Syrie: Rasmussen appelle à "garder sur la table" l'option militaire

© Sputnik . Mikhail Mokruchin / Aller dans la banque de photosSecrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen
Secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen - Sputnik France
S'abonner
Le secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen a estimé que l'option militaire devait "rester sur la table" pour faire pression sur Damas et l'obliger à respecter le plan russo-américain de démantèlement de l'arsenal chimique syrien, rapporte la chaîne britannique Sky News.

Le secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen a estimé mercredi que l'option militaire devait "rester sur la table" pour faire pression sur Damas et l'obliger à respecter le plan russo-américain de démantèlement de l'arsenal chimique syrien, rapporte la chaîne britannique Sky News.

"La menace crédible d'une action militaire est la raison pour laquelle la diplomatie a pu avoir sa chance et que, pour conserver l'élan du processus diplomatique et politique, l'option militaire doit rester sur la table", a déclaré M.Rasmussen.

Dans leur rapport publié lundi, les inspecteurs des Nations unies ont confirmé à l'issue d'une enquête en Syrie qu'un bombardement au gaz sarin avait bien eu lieu le 21 août dernier près de Damas, à l'aide de missiles sol-sol, sans toutefois désigner explicitement un responsable.

Les pays occidentaux ont mis en cause le régime de Bachar el-Assad dans cette attaque qui a fait, selon Washington, 1.400 morts dont plus de 400 enfants. Moscou a supposé une "provocation" de la part des rebelles.

Les chefs de diplomatie russe et américain, Sergueï Lavrov et John Kerry, se sont entendus sur la destruction complète des stocks d'armes chimiques de Damas d'ici le milieu de l'année 2014. Cette entente devrait servir de base pour l'adoption d'une résolution du Conseil de sécurité de l'Onu.

Deux jours après, on a constaté des divergences d'interprétation du plan Lavrov-Kerry. Washington insiste sur d'éventuelles mesures musclées en cas d'infractions audit plan, alors que Moscou prône pour un cas pareil des débats supplémentaires au Conseil de sécurité de l'Onu.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала