Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

"Un monde changeant": Le spectre de la solitude plane sur la Russie

© Sputnik . Alexei NaumovFedor Loukianov
Fedor Loukianov - Sputnik France
S'abonner
Jamais l’Ukraine n’avait fait l’objet de tant de discussions en Russie. Ces dernières semaines elle était sur toutes les lèvres: fin novembre, Kiev et l'Union européenne devraient en effet signer leur accord d’association.

Jamais l’Ukraine n’avait fait l’objet de tant de discussions en Russie. Ces dernières semaines elle était sur toutes les lèvres: fin novembre, Kiev et l'Union européenne devraient en effet signer leur accord d’association.

Peu de gens liront ce document juridique ennuyeux - mais son sens politique est très clair. L'Ukraine est prête à reconnaître la base légale qui à terme lui permettra de prétendre au statut de membre de l'UE. Elle refuse par là-même de prendre la voie de l'Union douanière Russie-Biélorussie-Kazakhstan, dont les règles sont incompatibles avec celles de l’UE.

Ce que Kiev va gagner ou perdre en optant pour l'UE ? C’est un sujet à part. En fin de compte, c'est aux Ukrainiens d'en décider. Bien sûr, il serait préférable que cette décision soit prise en toute logique et non sous l’influence des slogans politiques mais les nations souveraines existent précisément pour se comporter comme elles l'entendent. Puis récolter les fruits mérités de leur action ou déplorer les opportunités manquées.

La Russie s'interroge désormais sur l'attitude à adopter envers l'Ukraine.

L'effondrement de l'Union soviétique a transformé la frontière entre les deux pays - qui ne séparait ces deux peuples fraternels que de manière conventionnelle - en ligne de démarcation entre deux nouveaux Etats en construction, très semblables au départ mais prenant progressivement des directions différentes. A une époque il semblait que la séparation ne pouvait pas être réelle, à tel point les deux nations étaient proches. Avec le temps, les discussions sur les mètres cube de gaz, les taxes, les tarifs et les marges de profit ont repoussé au second plan ce sentiment de cohésion culturelle, historique et religieuse. Et l'ardeur de la compétition avec l'Occident, voulant profiter de l'héritage géopolitique soviétique, a transformé l'éternelle "lutte pour l'Ukraine" en objectif à part entière.

L'histoire des anciens empires prouve une chose : il est inutile de regarder en arrière mais indispensable de croire en l’avenir. Beaucoup ont connu des périodes similaires - le fort sentiment de perte, la volonté de revenir en arrière, l'indifférence politique ou au contraire l'aspiration à se distancer du passé. Ce fut un succès quand indépendamment des intérêts politiques les peuples ont continué à ressentir une attraction mutuelle après toutes les perturbations. La conjoncture change mais la base culturelle demeure, à condition, bien sûr, qu'on ne la détruise pas.

L'imprévisibilité a dominé les relations russo-ukrainiennes pendant plus de vingt ans – les deux pays se trouvaient différents mais pas non plus complètement étrangers. La situation devait s'éclaircir tôt ou tard et c'est précisément le cas aujourd'hui. Cet éclaircissement sera suivi de changements, notamment celui du modèle des échanges économiques entre les deux pays. Et c'est normal - les bons comptes font les bons amis.

Il est important, également, de ne pas transformer ce processus naturel en punition du voisin pour sa déloyauté - en cherchant bien, on peut toujours trouver des détails indésirables même dans le chocolat, le vin ou le lait. Car le sentiment de satisfaction éphémère risque d'anéantir la confiance mutuelle pour une longue période. Pas au niveau politique, mais humain. Or la confiance humaine et les sympathies entre les deux peuples sont l'unique actif sur lequel il sera possible de reconstruire les institutions politiques et économiques lorsque les circonstances changeront à nouveau.

La Russie est un pays immense et puissant. Evidemment, il survivra sans l'Ukraine, de même que sans les autres anciennes républiques soviétiques. D'autant que les notions qui poussaient les empereurs et les secrétaires généraux à élargir les frontières ne sont plus pertinentes au XXIe siècle : les zones tampons ne sont plus un gage de sécurité.

Mais l'identité nationale de la Russie, capable de supporter les tempêtes de la mondialisation, ne sera pas pour autant plus forte si les pays qui faisaient traditionnellement partie de sa sphère s’éloignent. La Russie ne connaîtra jamais de pays plus proches sur le plan historique, culturel et religieux que l'Ukraine, la Biélorussie, la Moldavie, la Géorgie ou l'Arménie… Ces derniers font un choix politique différent, et c'est leur droit. Mais la Russie doit soutenir le maintien d’une proximité spirituelle avec eux, au risque de tomber dans une morne solitude.

L’opinion de l’auteur ne coïncide pas forcément avec la position de la rédaction

La Russie est-elle imprévisible? Peut-être, mais n'exagérons rien: il arrive souvent qu'un chaos apparent obéisse à une logique rigoureuse. D'ailleurs, le reste du monde est-t-il prévisible? Les deux dernières décennies ont montré qu'il n'en était rien. Elles nous ont appris à ne pas anticiper l'avenir et à être prêts à tout changement. Cette rubrique est consacrée aux défis auxquels les peuples et les Etats font face en ces temps d'incertitude mondiale.

Fedor Loukianov, rédacteur en chef du magazine Russia in Global Affairs.

 

"Un monde changeant": Le retour de la grande diplomatie

"Un monde changeant": Obama n'a pas changé la politique étrangère américaine: pourquoi?

"Un monde changeant": Moscou et Kiev à la veille d’un choix décisif

"Un monde changeant": Les leçons de la guerre russo-géorgienne cinq ans plus tard

"Un monde changeant": A quel point la Russie sera impériale ?

"Un monde changeant": Une saison politique entre confusion et irritation

"Un monde changeant": Union eurasienne et problèmes européens

"Un monde changeant": Après Boston, les risques intérieurs plus importants qu'extérieurs

"Un monde changeant": Pyongyang, un adversaire redoutable

"Un monde changeant": Le squelette de la nouvelle Europe

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала