Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La Russie tourne le dos à l'Europe au profit de l'Asie

© Sputnik . Alexei NaumovFedor Loukianov
Fedor Loukianov - Sputnik France
S'abonner
Un changement d'époque se produit parfois de manière très prosaïque. La semaine dernière, le report du sommet UE-Russie est passé presque inaperçu. Il a été reporté à fin janvier.

Un changement d'époque se produit parfois de manière très prosaïque. La semaine dernière, le report du sommet UE-Russie est passé presque inaperçu. Il a été reporté à fin janvier.

Il y a encore quelques années les liens entre l'Union européenne et la Russie semblaient être une priorité absolue. Et pour cause : l'UE représente  plus de la moitié des échanges commerciaux de la Russie, elle est une source de modernisation et le destin culturel et historique de la Russie y est intimement lié. Pendant la seconde moitié des années 1990 Moscou avait même insisté sur des réunions régulières au sommet deux fois par an.

L'UE n'avait accordé cet avantage à personne d'autre – ni les USA, ni la Chine, l'Afrique, ni l'Ukraine. Moscou faisait exception : à première vue l'ordre du jour était si chargé, si prometteur, qu'il fallait signer de nombreux contrats au plus au niveau.

Mais au milieu des années 2000 déjà la fréquence des sommets a commencé d’être pénible. Les bureaucrates se creusaient le cerveau pour trouver de nouveaux sujets de discussion et des accords à signer. Après tout, les chefs d'Etat ne pouvaient pas se rencontrer pour rien, sans donner de résultat. Le portefeuille a rapidement maigri. Pendant ce temps, les questions litigieuses demeuraient et la base sur laquelle les deux puissances devaient construire l'avenir avait disparu. A l'heure actuelle les relations UE-Russie ne sont plus qu’une caricature d’elles-mêmes : on parle des visas et des droits des homosexuels, c’est tout. Les liens économiques en sont restés au niveau interétatique bilatéral - Bruxelles n'est pas indispensable à leur développement.

Pourtant personne ne voudrait renoncer à l'un des sommets : cela signerait la dégradation des relations. Au final tout s'est terminé par une note technique indiquant que le calendrier, chargé, ne permettait pas un tel sommet pour l’instant. Personne n'a rien annulé, il s’agit simplement d’un "manque de temps"… Mais à quoi sont si occupés Moscou et Bruxelles ?

L'Europe cherche à surmonter sa crise intérieure et tente de construire de nouvelles relations avec les USA, ce qui est loin d'être une mince affaire. D'une part, elle abandonne ses ambitions du passé faute d'avoir réussi à devenir un centre d'influence autonome. Et il faut encore s'entendre sur les conditions d’action du patronat américain sur le Vieux Continent, cette fois dans le cadre d'une zone de libre échange transatlantique. Enfin, plus l'Europe découvre l'envergure des écoutes de leurs alliés par les Américains, plus l'irritation monte. Bien qu’il s’agisse d’une sainte colère.

La Russie, elle, se tourne vers d'autres horizons. Ces trois dernières semaines le président russe a accueilli à Moscou le premier ministre indien, s'est rendu au Vietnam et en Corée du Sud. Le premier ministre russe a effectué une visite en Chine avec une grande délégation et les ministres des Affaires étrangères et de la Défense ont participé à la première réunion 2+2 de l'histoire avec leurs homologues japonais. Un tournant vers l'Asie ?

Ces quatre derniers siècles, tous les événements majeurs se produisaient à l’Ouest de la Russie : l'eurocentrisme de la conscience politique russe était donc logique. Mais au XXIe  le Pacifique reprend à l'Atlantique sa place centrale. Il y a 300 ans le statut de grande puissance était défini par la présence en mer Baltique ou en mer Noire. Aujourd’hui il dépend du positionnement du pays dans l'océan Pacifique.

La Russie se retrouve dans une situation inhabituelle. Pour la première fois depuis des décennies son orientation culturelle et historique - elle restera européenne tant que le pays sera peuplé par les Russes et d'autres peuples qui y vivent depuis des siècles - ne coïncide pas avec les axes prioritaires de son développement politico-économique (vers l'est).

Par conséquent trois quarts du territoire russe se trouvent en Asie tandis que trois quarts de sa population vivent dans la partie européenne. Pour cette raison le problème de la reconquête et de l'intensification de l'exploitation de la Sibérie et de l'Extrême-Orient, en l'absence desquelles la Russie ne peut pas espérer jouer un rôle important en Asie, est très pertinent. Les méthodes de mobilisation n'y peuvent rien. Un programme complexe de mesures économiques et la promotion de cet espace sont nécessaires pour attirer le capital humain à l'extrémité orientale du pays. L’objectif ? Qu'elle ne soit pas perçue comme une sinistre périphérie mais comme la région la plus prometteuse du pays.

Depuis 2009 la Russie évoque la nécessité d'une stratégie asiatique globale, qui inclurait le développement de ses propres espaces dans cette région du monde et son positionnement en Asie-Pacifique. Les deux sont inséparables. Depuis cette date s'est tenu le sommet de l'APEC (Coopération économique pour l'Asie-Pacifique), un ministère du développement de l'Extrême-Orient a été créé, la diplomatie russe s'est activée sur l'axe asiatique et dans l'ensemble le thème de l'Asie occupe plus de place à l'ordre du jour national. Ces premiers pas sont principalement rituels, symboliques - bien qu'ils soient souvent coûteux, comme le sommet – et peu de choses pouvant réellement changer la situation ont été faites. Mais la Russie n'a pas le temps d’hésiter.

Il lui faut profiter du dynamisme de l'Asie pour faire percer sa région asiatique. Car c’est en Sibérie et en Extrême-Orient que verront le jour les riches perspectives de coopération économique avec les voisins asiatiques mais aussi avec l'Europe et l'Amérique.

D'ailleurs, le projet russe d'Union eurasiatique doit aussi être adapté pour relever les défis de l'axe asiatique. Dans un article de campagne en 2012, Vladimir Poutine avait dit que selon lui le début de l'intégration européenne était un premier pas vers la mise en place d'un grand espace économique de l'Europe à l'Extrême-Orient. Cette orientation est bien plus sensée que de se battre avec l'UE pour l'Ukraine ou les pays de l'ancienne périphérie soviétique.

Pour l'instant l'Asie est dans l'incertitude et n’est pas encore leader dans la politique mondiale. Le continent regroupe des puissances ayant un immense potentiel mais qui ne savent pas encore exactement comment l'utiliser - et sont en conflit entre elles. La nouvelle Asie en construction a besoin de la Russie comme facteur de stabilité, comme acteur indépendant qui a des relations constructives avec toutes les principales forces et aide à maintenir l'équilibre. C'est pourquoi les dirigeants russes sont attendus aujourd'hui partout – à Pékin, Tokyo, Hanoï, Jakarta, Séoul et Singapour.  Cela ne durera pas. Si la Russie n’adopte pas une approche active et créative, l'Asie se fera sans elle et elle devra alors s'y adapter.

Il est donc préférable d'éviter, en effet, de perdre du temps avec les dirigeants européens dans des réunions rituelles. La mise est plus élevée dans le Pacifique.

L’opinion de l’auteur ne coïncide pas forcément avec la position de la rédaction

La Russie est-elle imprévisible? Peut-être, mais n'exagérons rien: il arrive souvent qu'un chaos apparent obéisse à une logique rigoureuse. D'ailleurs, le reste du monde est-t-il prévisible? Les deux dernières décennies ont montré qu'il n'en était rien. Elles nous ont appris à ne pas anticiper l'avenir et à être prêts à tout changement. Cette rubrique est consacrée aux défis auxquels les peuples et les Etats font face en ces temps d'incertitude mondiale.

Fedor Loukianov, rédacteur en chef du magazine Russia in Global Affairs.

"Un monde changeant": L’Ukraine enfin indépendante de la Russie?

"Un monde changeant": Le spectre de la solitude plane sur la Russie

"Un monde changeant": Le retour de la grande diplomatie

"Un monde changeant": Obama n'a pas changé la politique étrangère américaine: pourquoi?

"Un monde changeant": Moscou et Kiev à la veille d’un choix décisif

"Un monde changeant": Les leçons de la guerre russo-géorgienne cinq ans plus tard

"Un monde changeant": A quel point la Russie sera impériale ?

"Un monde changeant": Une saison politique entre confusion et irritation

"Un monde changeant": Union eurasienne et problèmes européens

"Un monde changeant": Après Boston, les risques intérieurs plus importants qu'extérieurs

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала