Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Pussy Riot: l'amnistie apaisera l'irritation entre Moscou et l'Occident (député)

© Sputnik . Alexander Paniotov / Aller dans la banque de photosNadejda Tolokonnikova
Nadejda Tolokonnikova - Sputnik France
S'abonner
L'amnistie en Russie, notamment la remise en liberté de membres du groupe Pussy Riot, éliminera certains éléments d'irritation dans les relations entre la Russie et l'Occident, a estimé le parlementaire russe Alexeï Pouchkov.

L'amnistie en Russie, notamment la remise en liberté de membres du groupe Pussy Riot, éliminera certains éléments d'irritation dans les relations entre la Russie et l'Occident, a estimé lundi le parlementaire russe Alexeï Pouchkov.

"Cela élimine certains éléments d'irritation dans les relations. Mais je ne pense pas que cela ait un impact déterminant, car ceux qui misent sur la confrontation avec la Russie finiront par trouver d'autres prétextes", a déclaré lors d'une conférence de presse à RIA Novosti M.Pouchkov, président de la Commission pour les Affaires internationales de la Douma (chambre basse du parlement).

Et d'ajouter que le potentiel des activités antirusses en Occident était toujours très important.

"L'amnistie en neutralise toutefois certains aspects", a reconnu le parlementaire.

Maria Alekhina et Nadejda Tolokonnikova, membres du groupe Pussy Riot condamnée à deux ans de prison suite à un happening  dans la cathédrale de Christ Sauveur à Moscou, ont retrouvé la liberté lundi 23 décembre dans le cadre d'une amnistie présidentielle,

En août 2012, un tribunal de Moscou a reconnu trois des cinq membres du collectif féministe Pussy Riot, Maria Alekhina, Ekaterina Samoutsevitch et Nadejda Tolokonnikova, coupables de hooliganisme et les a condamnées à deux ans de colonie pénitentiaire pour avoir improvisé une "prière punk" devant l'autel de la cathédrale du Christ Sauveur de Moscou.

En appel, la justice russe a transformé la peine d'Ekaterina Samoutsevitch en sursis, autorisant sa libération immédiate le 10 octobre 2012.

L'affaire a suscité un fort retentissement international. Un grand nombre de personnalités culturelles, dont Paul McCartney, Yoko Ono, Madonna ou bien Lady Gaga, ont à plusieurs reprises appelé les autorités russes à mettre un terme aux poursuites contre les punkettes.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала