Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Chalutier russe: les motifs de l'arraisonnement toujours obscurs (Moscou)

S'abonner
Les autorités sénégalaises n'ont toujours pas fourni de preuves attestant la culpabilité de l'équipage du chalutier russe Oleg Naydenov bloqué à Dakar après avoir été arraisonné par les forces navales sénégalaises, a annoncé vendredi le directeur de l'Agence fédérale russe pour la pêche Andreï Kraïni.

Les autorités sénégalaises n'ont toujours pas fourni de preuves attestant la culpabilité de l'équipage du chalutier russe Oleg Naydenov bloqué à Dakar après avoir été arraisonné par les forces navales sénégalaises, a annoncé vendredi le directeur de l'Agence fédérale russe pour la pêche Andreï Kraïni.
 
"Les autorités du Sénégal n'ont pour le moment fourni aucune preuve convaincante. La photo prise depuis un avion militaire français n'atteste pas que le navire pratiquait la pêche dans la zone économique sénégalaise", a déclaré M. Kraïni. Selon lui, on peut dire avec certitude qu'au moment de son arraisonnement, le chalutier se trouvait dans les eaux territoriales de la Guinée-Bissau et qu'il recherchait le poisson, sans effectuer la pêche.

Le chalutier Oleg Naydenov a été arraisonné samedi dernier à 46 milles nautiques (85 km) du littoral de la Guinée-Bissau par les militaires sénégalais qui l'ont escorté dans le port de Dakar. Les membres d'équipage, 62 Russes et 20 Bissau-Guinéens, se sont vu confisquer leurs passeports. Les autorités sénégalaises envisagent d'infliger 600.000 euros d'amende à la société propriétaire du navire et de confisquer la cargaison.

Selon le capitaine du chalutier Vadim Mantorov, le 7 janvier, alors que le navire était ancré dans le port de Dakar, deux officiers de navigation sénégalais sont montés à bord. Ils ont demandé à M. Mantorov de signer un procès-verbal contenant les coordonnées du navire russe qui auraient été relevées le 3 janvier à 6h40 heure du Sénégal.

"Il s'agissait d'un point situé à un mille nautique en profondeur de la zone économique sénégalaise", a affirmé le capitaine.

"A ma question de savoir qui a fourni ces coordonnées, les représentants de la garde côtière ont répondu qu'elles avaient été déterminées par un radar", a raconté M. Mantorov.

Selon lui, il a présenté le journal de bord attestant qu'au moment de son arraisonnement, l'Oleg Naydenov se trouvait à 35 milles au sud de la frontière maritime sénégalaise.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала