Cyberespionnage : le « rideau électronique » d’Angela Merkel

© © Photo : RIA NovostiCyberespionnage : le « rideau électronique » d’Angela Merkel
Cyberespionnage : le « rideau électronique » d’Angela Merkel - Sputnik France
La 16ème séance conjointe du cabinet germano-français des ministres aura lieu le 19 février à Paris. La chancelière Angela Merkel espère faire part au leader français François Hollande de son initiative de création d'un « Internet européen », formulée ce week-end dans son vidéo-message aux Allemands.

L’idée de la chancelière allemande de protéger l’Europe par une sorte de « rideau électronique » de la curiosité des services spéciaux américains et, peut-être, d’autres, a suscité des spéculations dans les médias européens. L’initiative de Merkel d’assurer une protection plus fiable des données personnelles des Européens contre l’espionnage électronique de la part des Etats-Unis n’est pas repoussée. Le directeur du Centre indépendant allemand de protection des données sis à Kiel, le Dr Thilo Weichert, estime cette initiative utile :

« A mon avis, c’est une mesure raisonnable pour faire face à l’espionnage de la part de la NSA. Or, il ne s’agit pas d’un rideau « de fer ». Au lieu de s’isoler, il est proposé de sécuriser le système national de communications. »

Tout le monde n’apprécie pas l’idée de toile d’araignée européenne vu la dualité de l’Allemagne. Ainsi, Angela Merkel déclare que l’adoption de la directive rénovée de la Commission européenne pour la protection des données n’avance pas parce que certains pays ont des critères moins durs que l’Allemagne. Selon Bruxelles, c’est justement l’Allemagne qui torpille les pourparlers pour que la nouvelle législation européenne sur la collecte, le dépôt et le transfert des données personnelles des citoyens ne concerne pas les services appropriés.

Les experts essaient de comprendre ce qu’avait en vue Angela Merkel. Elle envisage la création d’un réseau de communications européen au lieu de perfectionner le système existant. Selon les experts, les Européens ne sont pas à même de créer leur propre Internet.

Tout en prenant acte de l’approbation de l’initiative par les partenaires au sein de l’UE, le Dr Thilo Weichert exclut la Grande-Bretagne qui est, pour reprendre son expression, la tête de pont des Etats-Unis en Europe. Il y a déjà eu des informations sur le programme britannique d’espionnage des voisins « Tempora ». Un scandale a éclaté ces derniers jours aux Pays-Bas où le ministre de l’Intérieur Ronald Plasterk, qui après avoir accusé précédemment la NSA d’espionnage a avoué que les services spéciaux néerlandais avaient transmis des données aux Américains. Que l’Europe se cache ou non derrière un rideau, qui garantira qu’il sera imperméable ? T

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала