Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La valse de Manuel Valls

La valse de Manuel Valls
S'abonner
Ah, mes chers amis, trouvez-moi vite un chat que je lui donne ma langue ! Je viens de prendre connaissance de la liste des ministres du gouvernement de Manuel Valls et je n’y comprends absolument rien.

Sauf, peut-être que le premier soin du nouveau Premier ministre français était de maintenir la parité hommes femmes au sein de son cabinet – huit partout. Certes, c’est là un effort très louable mais ce détail ne me donne aucune idée sur la politique du nouveau gouvernement français. Surtout quand on sait qu’il ne compte que deux entrants – Mme Ségolène Royal qui remplace Philippe Martin au poste de ministre de l’Ecologie, et François Rebsamen qui devient ministre du Travail pour remplacer à ce poste Michel Sapin qui devient à son tour ministre des Finances.

C’est là où je commence à me poser des questions sur les critères qui ont guidé M. Valls dans le choix de ses ministres. Mon raisonnement est très simple. Par exemple, si la compétence de M. Sapin au poste aussi important que celui de ministre du Travail donnait pleine satisfaction, alors à quoi bon le déplacer ? Et par contre, si Michel Sapin n’était pas à la hauteur de ses responsabilités (on sait, par ailleurs, qu’il n’a pas réussi à inverser la courbe du chômage), pourquoi le nommer à un autre poste aussi, sinon plus important qui est celui de ministre des Finances ?

Cependant, la réaction de Mme Michèle Delaunay, qui attend d’être fixée sur son sort, à la nomination de Ségolène Royal à l’Ecologie m’a mis la puce à l’oreille. « Je me réjouie du magnifique ministère accordé à Ségolène Royal », a-t-elle dit, comme si la répartition des postes ministériels n’était pour cette dame qu’une distribution des cadeaux. Quant à moi, je préfère avoir « un ministre magnifique » pour n’importe quel ministère, et non un « ministère magnifique » dirigé par un (ou une) ministre aux qualités hypothétiques.

On avait pourtant toutes les raisons de supposer qu’après leur défaite aux municipales qui représente en fait un franc désaveu de leur politique, les socialistes français procéderont à un changement radical de leur équipe dirigeante faute de pouvoir changer de président. Mais je soupçonne fort que Manuel Valls est condamné à valser sans pouvoir changer de partenaires.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала