Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Ukraine: la politique de l'UE vouée à l'échec (Moscou)

© Flickr / European Parliament Ukraine: la politique de l'UE vouée à l'échec
Ukraine: la politique de l'UE vouée à l'échec - Sputnik France
S'abonner
Tout en constatant que l'UE pratique à l'égard de Kiev une "politique vouée à l'échec", Moscou ne refuse pas pour autant le dialogue, indique un communiqué du ministère russe des Affaires étrangères consacré aux récentes déclarations de la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton et du commissaire européen à l'élargissement Stefan Füle.

Tout en constatant que l'UE pratique à l'égard de Kiev une "politique vouée à l'échec", Moscou ne refuse pas pour autant le dialogue, indique un communiqué du ministère russe des Affaires étrangères consacré aux récentes déclarations de la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton et du commissaire européen à l'élargissement Stefan Füle.

"A en juger d'après les propos tenus par Catherine Ashton et Stefan Füle, Bruxelles considère les consultations Russie-UE sur les conséquences économiques de la conclusion d'accords d'association entre l'Union européenne et les pays du Partenariat oriental comme un moyen de montrer à la Russie les «avantages» de ces accords, sans admettre la possibilité de leur modification", lit-on dans le communiqué du ministère.

L'Ukraine n'a signé en mars dernier que la partie politique de son accord d'association avec l'UE. Selon M. Füle, la décision de différer la signature de la partie économique de cet accord s'explique par la nécessité pour l'actuel "gouvernement" ukrainien d'évaluer toutes les conséquences possibles de cet acte en premier lieu pour les régions orientales de l'Ukraine.

"Il est significatif qu'il [Stefan Füle] ait rejeté sur Viktor Ianoukovitch et son gouvernement la responsabilité d'avoir caché aux Ukrainiens les informations sur les conséquences économiques de l'accord d'association", a souligné la diplomatie  russe.

"Les propos de Catherine Aston et Stefan Füle laissent déduire que Bruxelles reconnaît aujourd'hui que l'application de la partie économique de l'accord d'association risque d'entraîner les conséquences les plus graves pour l'économie de l'Ukraine et les citoyens du pays. Comment expliquer alors le besoin subit d'engager un dialogue avec Moscou? Ce besoin ne tient-il pas au désir de partager avec quelqu'un la responsabilité pour la politique à courte vue et vouée à l'échec pratiquée par l'UE à l'égard de l'Ukraine?", a demandé le ministère russe des Affaires étrangères.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала