Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Les catholiques français intensifient le dialogue avec les orthodoxes russes

Les catholiques français intensifient le dialogue avec les orthodoxes russes
S'abonner
Depuis le baptême de la Russie en 988 par le prince Vladimir, l’orthodoxie reste la religion dominante du pays qui héberge sur son territoire différents peuples professant différentes religions. Qui plus est, le rôle particulier de l’orthodoxie dans l’histoire de la Russie est consacré dans le préambule de la Loi sur la liberté de conscience et sur les rassemblements religieux.

Après la longue période d’oubli dans laquelle les autorités soviétiques ont relégué la foi orthodoxe, celle-là connaît un véritable renouveau aujourd’hui et cela pour la plus grande joie des nombreux fidèles. Il semble que les chrétiens du monde entier se réjouissent de ce fait puisque pour beaucoup d’entre eux la Russie devient en quelque sorte un lieu de pèlerinage. Le Patriarcat de Moscou, par exemple, a récemment accueilli une délégation de catholiques de France. La rencontre, initiée par les Français, avait pour but de procéder à un échange d’idées et d’expérience dans le contexte de la renaissance spirituelle en Russie, d’une part, et sur fond de succès de la Manif pour tousen France, d’autre part. Mgr Marc Aillet, évêque du diocèse de Bayonne, qui conduisait la délégation, a affirmé à plusieurs reprises pendant la table ronde qui s’est tenue au centre culturel « Pokrovskie vorota » à Moscou que pour les croyants français venus avec lui c’était un pèlerinage ainsi qu’un voyage d’études et de partage avec leurs frères orthodoxes.

En effet, les Russes, comme personne, peuvent très bien comprendre les Français. En France depuis des dizaines d’années, être catholique pouvait être considéré comme rétrograde et réactionnaire, alors qu’en URSS l’exercice de la foi était absolument interdit. Et aujourd’hui dans nos deux pays on assiste à un renouveau moral et spirituel. Dans le contexte actuel il y a au moins un facteur qui nous rapproche, les orthodoxes et les catholiques : ce sont les valeurs chrétiennes dont surtout la famille. La table ronde organisée à l’occasion du séjour de la délégation française en Russie était consacrée justement à ce sujet, avec comme titre «Les témoignages d’une autre Europe. Faut-il défendre la famille et la vie ? ».

Les intervenants, parmi lesquels il y avait les représentants de l’Eglise catholique ainsi que les fidèles laïques, les représentants de diverses organisations dont la vocation principale est le respect de la dignité humaine, ont présenté leur vision de la situation actuelle en France et ont expliqué dans quel but ils ont effectué ce voyage dans la Russie lointaine. Ecoutons d’abord le témoignage de Mgr Marc Aillet :

Mgr Marc Aillet : « C’est vrai que nous avons en France un gouvernement qui est très laïciste, qui est dans la ligne de laïcisme qui ne date pas d’hier. Il tente de confiner l’expression de la foi dans la sphère privée de la vie des hommes. Il reste que nous ne sommes pas empêchés de manifester notre foi uniquement, tout cela dépend du courage prophétique et chrétien. Il faut quand même dire que, si une génération de fidèles catholiques s’était accommodée de cet enfouissement un peu imposé par la culture dominante, les catholiques des jeunes générations en France ont été encouragés en particulier par le pape Jean-Paul II à donner de la visibilité à la foi dans le respect d’autrui. En France, nous disons souvent que le pape Jean-Paul II a redonné à l’Eglise sa visibilité et aussi aux catholiques et fidèles laïques la fierté de leur identité de chrétien. L’appel à l’annonce décomplexée de l’Evangile que l’on appelle Nouvelle Evangélisation qui était promue par le pape Jean-Paul II et par ses successeurs a été particulièrement entendu par les jeunes, en particulier à travers les Journées mondiales de la jeunesse. Donc il est possible de manifester publiquement sa foi, tout cela dépend de la motivation intérieure de la foi. Même si dans certains espaces il faut un peu de courage. Et je suis admiratif, quant à moi, de ce courage qui est manifesté par beaucoup de laïques engagés dans la société. Et tout l’impact de notre voyage en Russie, que j’ai appelé pèlerinage, saura nous encourager dans ce renouveau de la foi qui existe aussi en France, même si c’est encore un peu timide. Et forts de cette expérience de partage de la foi avec nos amis russes, nous pourrons aussi encourager les fidèles que nous côtoyons et dont nous sommes responsables à grandir dans la foi.

Nous venons ici pas en concurrents, nous venons pour apprendre. C’est cela le mystère de l’Eglise. Il me semble que pour l’essentiel il s’agit de réfléchir ensemble sur les moyens de sensibiliser, d’éclairer, d’éduquer la conscience. Et il me semble que, d’une manière diverse en Russie ou en France, nous connaissons ce qu’on appelle en grec Caerus un temps de Dieu, un temps providentiel pour éclairer, éduquer la conscience.

Chez nous dans un contexte législatif tout à fait délétère, il y a un sursaut des consciences qui peut permettre de s’engager dans une éducation de formation de conscience. Et j’ai pu comprendre qu’ici en Russie il y a un contexte législatif qui évolue et qui est favorable précisément à des actions d’éducation et de conscience.

LaVoix de la Russie : Pour ce qui est du sort et de la place de la religion chrétienne en France, on ne peut pas nier que son grand potentiel s’est révélé au cours des manifestations de l’année dernière. La Manif pour tous était ce miracle que beaucoup de Français ont attendu durant des dizaines d’années. Le directeur de la rédaction du magazine « Famille Chrétienne » Aymeric Pourbaix en témoigne :

Aymeric Pourbaix : « En tant que journaliste je peux témoigner que si ce mouvement de la Manif pour tous en France a surpris tout le monde, y compris les journalistes, y compris les journalistes catholiques. En fait ce n’était pas un mouvement ou une génération spontanée qui a surgi d’un coup. Ses racines sont profondes. Et ma conviction c’est qu’en réalité, c’est le fruit d’un travail de 40 ans environ que je fais remonter à 1978, notamment à l’arrivée du Pontificat de Jean-Paul II. 1978 est aussi la date de naissance de l’hebdomadaire Famille chrétienne. A l’origine c’était des jeunes pères de familles qui souhaitaient par ce journal être témoins d’un renouveau spirituel mais aussi moral. Le journal s’est basé sur l’enseignement de l’Eglise de Jean-Paul II autour de la morale sexuelle. On en arrive donc à ces mouvements de l’année dernière en France que Famille chrétienne a accompagnés et qui en fait a constitué une émergence politique. C’est-à-dire, il y avait un renouveau spirituel, un renouveau moral, il restait encore à exprimer ce renouveau dans la société, dans la vie publique. Et c’est ce qui s’est passé par ces manifestations. En fait, le sujet de ces mobilisations, ce n’était pas vraiment l’homosexualité, en réalité, c’était la défense du mariage entre un homme et une femme et la défense de la famille. Et c’est pour cela que beaucoup de monde s’est mobilisé, beaucoup de monde d’ailleurs qui n’était pas catholique mais dont les catholiques étaient le fer de lance. Pour conclure, je dirai que Famille chrétiennea accompagné ce réveil politique, ce réveil de conscience en étant aussi témoin de la dimension religieuse et confessionnelle. A la différence de la Russie, en France on a des difficultés à s’affirmer, à s’afficher comme catholique dans la société, dans la politique. Je crois que c’est l’enjeu de demain et peut-être de ce point de vue, les Russes peuvent nous aider à assumer cette dimension confessionnelle du combat politique parce que l’enjeu à terme c’est aussi d’annoncer la bonne nouvelle du mariage, de la famille, d’annoncer le Christ, y compris dans la société. Ce n’est pas uniquement une histoire de loi, c’est aussi une question d’évangélisation. »

LVdlR : Après des siècles de divergences et de désaccords, les chrétiens semblent se rapprocher. C’est une tendance très encourageante, puisque face au danger qui menace les chrétiens dans plusieurs endroits du monde un accord entre eux est plus que jamais nécessaire. Et aujourd’hui c’est à la Russie de prendre la tête du mouvement mondial pour la défense des valeurs chrétiennes. Car Moscou n’est-elle pas la Troisième Rome ? T

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала