Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Ambassade attaquée: Kiev accuse les "services spéciaux russes"

S'abonner
Les "services spéciaux russes" pourraient être à l'origine de la récente attaque contre l'ambassade de Russie à Kiev, a déclaré lundi à Kiev lors d'un briefing le conseiller du ministre ukrainien de l'Intérieur Anton Guerachtchenko.

Les "services spéciaux russes" pourraient être à l'origine de la récente attaque contre l'ambassade de Russie à Kiev, a déclaré lundi à Kiev lors d'un briefing le conseiller du ministre ukrainien de l'Intérieur Anton Guerachtchenko.

"Nous considérons que ces événements peuvent être le fruit d'une provocation réussie de la part des services spéciaux de la Fédération de Russie", a indiqué M. Guerachtchenko.

"Nous n'excluons pas que l'idée d'aller protester devant l'ambassade russe ait été lancée par les services spéciaux russes", a-t-il poursuivi, précisant que les spécialistes ukrainiens se penchaient actuellement sur cette question.

Selon lui, l'enquête se concentre sur l'origine des appels à se rendre à l'ambassade de Russie à Kiev.

Samedi après-midi, l'ambassade russe a été encerclée par environ 80 personnes. Le soir, l'action a dégénéré en désordres, les manifestants jetant des pétards, des pavés et des cocktails Molotov sur le territoire de l'ambassade. Les voitures diplomatiques garées près de l'ambassade ont été renversées par les protestataires qui ont couvert de croix gammées les murs de la représentation diplomatique. Selon les témoins, la police s'est abstenue d'intervenir pendant cette attaque.

Le scandale a été renforcé par la présence du ministre ukrainien des Affaires étrangères Andreï Dechtchitsa sur place lors de l'attaque de l'ambassade. Ce dernier a alors insulté devant les caméras de télévision le président russe Vladimir Poutine.

Le ministère russe des Affaires étrangères a vivement protesté samedi soir, dénonçant l'inertie de la police ukrainienne face à ces "provocations".
La Russie a ensuite proposé au Conseil de sécurité de l'Onu d'adopter un projet de déclaration condamnant cette attaque. Les pays occidentaux ont bloqué le document en question.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала