Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La Russie va-t-elle vendre ses missiles Iskander à l’étranger ?

© Photo : RIA NovostiLa Russie va-t-elle vendre ses missiles Iskander à l’étranger ?
La Russie va-t-elle vendre ses missiles Iskander à l’étranger ? - Sputnik France
S'abonner
Le dirigeant de la délégation russe au salon d’armements MILEX-2014 en Biélorussie a déclaré que les missiles Iskander-E et les systèmes S-400 pourraient être vendus à l’étranger si les organes d’Etat prenaient la décision appropriée. Est-il question d’un changement dans la politique relative à l’exportation de ces systèmes qui peuvent être modifiés pour les clients comme la Chine ?

Ce n’est pas un hasard si les Iskander-E et les S-400 ont été mentionnés ensemble. Les deux sont prioritaires en matière de réarmement de l’armée russe. L’industrie russe avait un déficit de capacités de production à la hauteur de la commande d’Etat. Il a été décidé que les systèmes ne seraient exportés qu’une fois les besoins des forces armées russes satisfaits. Il fallait remplacer de manière urgente les armes soviétiques dont le délai de conservation expirait. C’est pourquoi tout retard était inadmissible. Cela concernait concrètement les Iskander. Ceux-ci remplacent les missiles soviétiques Totchka-U dont le temps de conservation du combustible solide expire à la fin de cette décennie.

A présent, la Russie a enregistré plusieurs succès en matière de rééquipement de l’armée. Les négociations sur les fournitures des S-400 battent leur plein avec les pays comme la Chine et la Biélorussie. Il est évident que le temps est venu d’exporter les Iskander.

Ce système pourrait être utile dans de nombreux pays asiatiques. La plupart des pays importants de la région développent actuellement leurs propres systèmes de défense antiaérienne. Ils le font en toute indépendance ou de concert avec les Etats-Unis. La Chine, l’Inde, le Japon, la Corée du Sud et même Taïwan possèdent de tels programmes. Les Iskander sont développés spécialement pour être utilisés contre un adversaire doté d’un puissant système antimissile. Ils possèdent une haute précision et de plus, pendant le vol ils effectuent de multiples manoeuvres qui les rendent peu vulnérables, même aux meilleurs systèmes de défense antimissile. Sur certains secteurs de leur trajectoire, ils exécutent des manoeuvres avec une accélération 30 g.

Le système de missile Iskander est également optimal contre un adversaire ayant une supériorité aérienne. Le système utilise un châssis assurant une grande capacité de franchissement et la préparation des missiles au lancement est rapide et hautement automatisée.

Pour les clients comme la Chine il est particulièrement important que le système puisse être modifié et adapté à des missiles de types nouveaux. Ainsi, la Russie a développé une version de l’Iskander utilisant un missile de croisière d’une portée de 2 000 km. La Russie a des problèmes avec le déploiement de ces systèmes en raison de sa participation au traité sur les missiles à portée intermédiaire. Mais les pays d’Asie du Sud-Est ne sont pas confrontés à de telles restrictions. Le système Iskander pourrait compléter les arsenaux des pays développant leurs propres systèmes de missiles. Sa haute précision et sa capacité de franchir la défense antiaérienne ennemie rendent l’Iskander-E optimal pour détruire des cibles particulièrement importantes et hautement protégées. /N

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала