Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Les BRICS lancent un défi au FMI

© Sputnik . Mikhail Klimentiev / Aller dans la banque de photosNezavissimaïa gazeta
Nezavissimaïa gazeta - Sputnik France
S'abonner
Le 6e sommet des BRICS s'est ouvert hier à Fortaleza, au nord-est du Brésil, écrit mercredi 16 juillet le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

Le 6e sommet des BRICS s'est ouvert hier à Fortaleza, au nord-est du Brésil, écrit mercredi 16 juillet le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

La signature d'un accord pour la création de la Nouvelle banque de développement (NBD) et d'un Pool de réserves de change sera un événement central de ce forum. Ces nouvelles organisations sont censées devenir une alternative à la Banque mondiale et au Fonds monétaire international (FMI), réduisant ainsi l'influence financière de l'Union européenne et des Etats-Unis sur les processus dans le monde.

La rencontre des dirigeants du Brésil, de la Russie, de l'Inde, de la Chine et de l'Afrique du Sud sur le sol brésilien a commencé par une séance photo. Puis les chefs d'Etat se sont entretenus dans un format réduit avant de partir pour un déjeuner d'affaires, où ils ont poursuivi leur discussion sur la situation politique et économique actuelle. Les appréciations faites par les dirigeants figurent dans les déclarations et le plan d'action adoptés qui concrétisent le travail des BRICS pour l'année à venir.

Selon Vladimir Poutine, la création de nouvelles institutions des BRICS vise à "renforcer l'architecture financière internationale pour la rendre équilibrée et juste".

La concurrence tacite entre les BRICS et le FMI ne date pas d'hier. Les dirigeants des BRICS ont déclaré en septembre 2013 au sommet du G20 à Saint-Pétersbourg espérer qu'avant janvier 2014 le FMI achèverait la révision des quotas. Cela implique une augmentation de 3,46 points, jusqu'à 14,18%, de la part des BRICS dans le capital du FMI. Sachant que la part de la Russie augmenterait de 0,22 point pour atteindre 2,71%. La Chine serait troisième de par les quotas derrière les Etats-Unis et le Japon, l'Inde – huitième, le Brésil – dixième. Cette révision réduit la part des USA, c'est la raison pour laquelle le congrès n'a toujours pas ratifié la décision de revoir les quotas. Et même la nouvelle proposition sur les quotas où la part du pays dépend de sa part au PIB mondial n'a pas encore été approuvée.

L'objectif de la Nouvelle banque de développement est avant tout le financement de projet extérieurs, et non intérieurs. "Les prêts serviront à investir dans les projets d'infrastructure dans d'autres pays, plutôt que dans les BRICS. Par exemple, il serait bénéfique d'accorder un crédit à un pays latino-américain ou africain pour un programme de développement de l'énergie hydroélectrique où les BRICS pourraient fournir leurs équipements ou réaliser les travaux", explique Boris Martynov, directeur adjoint de l'Institut de l'Amérique Latine.

Mais la banque des BRICS ne sera pas une organisation caritative, car elle délivrera des prêts à des conditions commercialement avantageuses pour elle-même. Plus personne n'effacera les dettes comme vient de le faire la Russie à l'égard de Cuba. Hormis la cotisation des pays membres la NBD pourra faire appel aux investisseurs privés.

Le capital de départ de la banque sera de 50 milliards de dollars, dont 10 milliards de capital libéré. Les fondateurs y verseront 2 milliards de dollars chacun d'ici sept ans. "Les partis semblent avoir trouvé un compromis. La Chine a accepté de renoncer au rôle prédominant dans le capital de la banque en échange de l'installation du siège de la NBD à Shanghai", déclare Martynov.

Alors que dans le pool de réserves de change des BRICS les parts des pays ne seront pas égales. Sur le total des 100 milliards de dollars la Chine s'est engagée à verser 41 milliards. La Russie, le Brésil et l'Inde verseront 18 milliards de dollars chacun, et l'Afrique du Sud – 5 milliards de dollars.

C'est dans notre intérêt commun de profiter au maximum du facteur de complémentarité mutuelle des économies nationales. Les possibilités de coopération sont vraiment immenses. Il est question d'un marché de presque 3 milliards de consommateurs. Les BRICS disposent de ressources naturelles uniques, de technologies avancées, d'un potentiel financier et industriel", a souligné Vladimir Poutine.

Après le sommet, le Brésil passera le relais de la présidence à la Russie, qui prendra ses fonctions à partir du 1er janvier 2015.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала