Sanctions antirusses: Shell maintiendra sa stratégie en Russie

Le groupe anglo-néerlandais Royal Dutch Shell n'a pas l'intention de modifier sa stratégie d'affaires en Russie malgré les sanctions décrétées par les Etats-Unis et l'Union européenne contre Moscou, a annoncé vendredi à RIA Novosti un porte-parole du groupe en Russie.

Le groupe anglo-néerlandais Royal Dutch Shell n'a pas l'intention de modifier sa stratégie d'affaires en Russie malgré les sanctions décrétées par les Etats-Unis et l'Union européenne contre Moscou, a annoncé vendredi à RIA Novosti un porte-parole du groupe en Russie.
 
"Shell poursuit ses activités en Russie aussi bien dans le domaine de l'upstream [exploration-production de pétrole et de gaz] que dans celui du downstream [raffinage et distribution] sans rien changer. Nous suivons attentivement la situation en matière de sanctions. Aucune modification n'est pour le moment prévue dans notre stratégie d'affaires", a déclaré le porte-parole. 
 
La semaine dernière, les Etats-Unis ont élargi leurs sanctions contre la Russie en ajoutant à la "liste noire" les banques Gazprombank et Vnesheconombank, ainsi que les holdings énergétiques Rosneft et Novatek. Washington n'a pas cherché à entraver les activités quotidiennes de ces entités, mais leur a fermé l'accès aux marchés financiers américains.
 
Les chefs de diplomatie des pays membres de l'UE ont également chargé la Commission européenne et le Service européen pour l'action extérieure (SEAE) de formuler des propositions concernant les nouvelles mesures contre la Russie. Ces mesures doivent viser des domaines tels que l'accès aux marchés des capitaux, la défense, les marchandises à double usage et les exportations de technologies de pointe pour le secteur énergétique. 
 
Le groupe Gazprom, qui participe avec Shell à la réalisation du projet Sakhaline Energy (Sakhaline-2), est actuellement le principal partenaire de la compagnie anglo-néerlandaise en Russie. Gazprom détient 50% du projet, Shell 27,5%, les japonais Mitsui et Mitsubishi, respectivement 12,5% et 10%.
 
Shell et Gazpromneft possèdent sur une base paritaire la société Salym Petroleum Development (SPD) qui exploite depuis 2003 une série de champs pétrolifères dans le district autonome des Khantys-Mansis.
 
En 2013, SPD a produit près de 7 millions de tonnes de pétrole.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала