Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Sanctions/Russie: risque de guerre commerciale (PDG britannique)

S'abonner
Une guerre commerciale pourrait résulter des sanctions introduites par l'UE et les Etats-Unis à l'encontre de la Russie, a indiqué à RIA Novosti Steven Landes, cofondateur de la société d'audit et de conseil S H Landes, dont le siège est à Londres.

Une guerre commerciale pourrait résulter des sanctions introduites par l'UE et les Etats-Unis à l'encontre de la Russie, a indiqué à RIA Novosti Steven Landes, cofondateur de la société d'audit et de conseil S H Landes, dont le siège est à Londres.  

L'homme d'affaires considère que les sanctions occidentales se répercuteront non seulement sur la Russie mais aussi sur l'Occident. "Les gens s'attendent à ce que le durcissement des mesures entraîne des sanctions du gouvernement russe semblables à celles imposées sur l'importation de fruits en Russie", a-t-il indiqué.  

La confrontation débouchera sur une importante réduction des échanges commerciaux entre la Russie et l'Occident, considère l'entrepreneur.  

"Nous perdrons tout", a souligné M.Landes. Ce dernier et ses collègues appellent à marquer une pause dans l'échange d'accusations et à engager un dialogue.  

"Le commerce et les contacts sont la meilleure voie vers la compréhension mutuelle. La demande pour les produits occidentaux – véhicules, vêtements, équipements électroniques, produits alimentaires de qualité – est en augmentation au sein la classe moyenne de Russie. Si le gouvernement russe ferme ce marché, la société russe en sera victime", a-t-il dit.  

Il a résumé la position des milieux d'affaires britanniques par l'expression "plus de liens, moins de sanctions".  

Steven Landes est un des PDG d'entreprises britanniques qui ont contesté les sanctions contre la Russie dans une lettre ouverte publiée par le quotidien Telegraph.  

Les Etats-Unis et l'UE ont adopté de nouvelles sanctions contre Moscou suite au crash d'un Boeing malaisien en Ukraine. Ils accusent la Russie d'armer les forces d'autodéfense populaire de l'est de l'Ukraine qui, selon Washington et Bruxelles, seraient responsables du crash. Moscou rejette ces accusations.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала