Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La révision du bilan de la 2GM: de dangereuses manipulations (experts)

© Sputnik . P. Bernshtein / Aller dans la banque de photosLa révision du bilan de la 2GM: de dangereuses manipulations (experts)
La révision du bilan de la 2GM: de dangereuses manipulations (experts) - Sputnik France
S'abonner
De nombreuses tentatives de révisions du bilan de la Seconde guerre mondiale ont été faites. Le principal bilan a été dressé lors des conférences internationales de Téhéran, de Yalta et de Potsdam. Mais pour satisfaire leurs intérêts géopolitiques, certains pays sont prêts à revoir complètement les résultats de cette guerre.

De nombreuses tentatives de révisions du bilan de la Seconde guerre mondiale ont été faites. Le principal bilan a été dressé lors des conférences internationales de Téhéran, de Yalta et de Potsdam. Mais pour satisfaire leurs intérêts géopolitiques, certains pays sont prêts à revoir complètement les résultats de cette guerre.

A qui profite la révision du bilan de la Seconde guerre mondiale? Quels en sont les motifs ? La réponse est évidente. Washington souhaite établir les vainqueurs de la Guerre froide. Car cette guerre s’est terminée sans que fussent cités les gagnants et les perdants. L’URSS n’a pas subi de défaite militaire, elle s’est effondrée suite à des tensions intérieures. Mais les Etats-Unis et leurs alliés éprouvent un désir par trop ardent de revoir les résultats de la Seconde guerre mondiale. Sergueï Bouranok, historien de l’Académie des sciences sociales et humaines de la région de la Volga, explique les raisons de cette attitude.
" La première raison, et sans doute la plus évidente, c’est qu’à l’aide de ces travaux historiques, ces pays désirent reporter une partie de la responsabilité de la Grande-Bretagne, de la France, de la Pologne et des Etats-Unis dans l’éclatement de la Seconde guerre mondiale sur l’Union soviétique. C'est plus commode pour l'historiographie et l'opinion publique de ces pays. La deuxième raison – c’est la possibilité hypothétique de spéculer sur le thème de la révision du bilan de la guerre. Par exemple le problème des îles Kouriles. Si l’URSS est assimilée à un coupable dans la Seconde guerre mondiale, le Japon aura plus d’arguments pour revendiquer ses droits sur ces îles. Et enfin la troisième raison – c’est la lutte pour la mémoire historique qui dure depuis plusieurs années. "
Les États-Unis sont persuadés que revoir les résultats de la Seconde guerre mondiale, permettra à Washington de confirmer son statut de principal vainqueur. A condition de mener une guerre d’information efficace. Et ce processus est déjà en cours, il suffit de regarder les films russes sur la guerre. L’impression se crée que seuls les Américains se sont battus.
En même temps, les pays comme la Russie ou la Chine se prononcent contre une telle interprétation des faits. Et la révision du bilan de la Seconde guerre mondiale pourrait avoir des conséquences négatives sur l'ONU, aboutissant à l’incapacité pour cette organisation mondiale de fonctionner normalement, sachant qu’elle est déjà sensiblement affaiblie.
" Si les résultats de la guerre sont révisés, l'ONU risque avant tout de subir un reformatage ", explique Pavel Sviatenkov, politologue et expert du Fonds de la perspective historique. " Rappelons-nous que la Société des nations (SDN) existait entre les deux guerres, et elle était construite sur le principe de l’ONU. Cependant, il a été décidé de la dissoudre et de créer une autre organisation à sa place. Une certaine menace plane donc sur l’ONU. C’est la menace de transformation d’une organisation déjà peu efficace en une organisation totalement inefficace. Dans le pire des cas cela pourrait aboutir à la liquidation de l’ONU en tant qu’organisation et à la création de quelque chose de nouveau. "
La révision des résultats de la Seconde guerre mondiale est dangereuse par le fait qu’un certain nombre d’Etats risquent de se retrouver à la périphérie du nouveau système d’ordre mondial. Ainsi sera créé non pas un ordre mondial, mais une organisation incomplète qui risque de s’effondrer à tout moment. La révision de tout bilan de la guerre met en péril l’intégralité territoriale des pays qui ont participé aux événements de l’époque. Reste à espérer que l'Occident va se souvenir de l’expérience de la SDN et éviter de répéter les erreurs du passé.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала