Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

L'Otan prépare son sommet au pays de Galles

S'abonner
La direction de l'Otan a annoncé les thèmes centraux du sommet de l'Alliance en septembre : tous concernent d'une manière ou d'une autre la Russie, écrit lundi le quotidien Kommersant.

La direction de l'Otan a annoncé les thèmes centraux du sommet de l'Alliance en septembre: tous concernent d'une manière ou d'une autre la Russie, écrit lundi le quotidien Kommersant.

Cependant, contrairement aux années précédentes, aucun représentant russe n'a été convié.

Selon les sources diplomatiques russes, "dans les conditions actuelles Moscou ne comptait pas être invité".

La liste des cinq thèmes centraux du sommet de l'Otan, qui se déroulera du 4 au 5 septembre au pays de Galles, a été rendue publique la semaine dernière. Il sera d'abord question de la "volonté de l'Alliance de renforcer la défense collective". Deuxièmement, le sommet doit "montrer la détermination transatlantique et souligner l'importance du niveau approprié des dépenses pour la défense". Troisièmement, il est prévu d'évoquer les "relations avec la Russie et le renforcement des liens avec l'Ukraine". Le quatrième point de l'ordre du jour concerne l'"approfondissement des relations de partenariat de l'Otan et la poursuite de la politique des portes ouvertes". Enfin, le cinquième point porte sur l'"Afghanistan et la clôture de l'opération de la Force internationale d'assistance et de sécurité fin 2014".

Le communiqué de l'Alliance souligne tout particulièrement: "Le sommet de l'Otan se réunira à une période critique de l'histoire, quand la sécurité globale devient de plus en plus instable, comme l'ont montré les actions de la Russie en Ukraine". Les événements qui s'y déroulent ont foncièrement changé l'ordre du jour du sommet. Ce dernier devait avoir pour sujet principal la lutte contre le terrorisme et les menaces cybernétiques. Et au sein de l'Alliance, notamment dans les pays de l'UE, on commençait à dire que l'Otan était devenue obsolète. Cependant, la crise ukrainienne a donné un second souffle à l'organisation.

© SputnikOTAN: pays membres, forces armées, évolution
OTAN: pays membres, forces armées, évolution - Sputnik France
OTAN: pays membres, forces armées, évolution

Pas étonnant, donc, que tous les principaux thèmes du sommet concernent d'une manière ou d'une autre la Russie (y compris l'Afghanistan, dont les marchandises transitent via la Russie). Les sources du siège de l'Alliance et les sources diplomatiques russes ont confirmé que les représentants russes n'avaient pas été invités au sommet.

Une réunion de la commission Otan-Ukraine avec la participation du président ukrainien Piotr Porochenko est prévue le premier jour du sommet. Le secrétaire général de l'Alliance Anders Fogh Rasmussen a déclaré que l'Otan était prête à aider Kiev à moderniser son armée et élargir le programme d'exercices conjoints avec l'Ukraine. La décision de l'Otan de déployer en Europe de l'Est un nombre considérable de forces armées à titre permanent pourrait être un élément très irritant pour Moscou, puisque cela transgresserait l'Acte fondateur Otan-Russie de 1997. Cette exigence vient des membres de l'Alliance (notamment les pays baltes et la Pologne) qui estiment que la dissuasion de la Russie doit redevenir une tâche prioritaire.

Les sources diplomatiques russes espèrent que les relations entre Moscou et l'Alliance s'amélioreront après le départ de Rasmussen et son remplacement par l'ex-premier ministre norvégien, Jens Stoltenberg. Il est perçu de manière neutre, voire positive, en Russie, tandis que le secrétaire général actuel suscite uniquement l'irritation ces derniers temps. La réaction de Rasmussen a été la plus virulente en Occident après le franchissement de la frontière ukrainienne par le convoi humanitaire russe vendredi. Il a déclaré qu'il s'agissait d'une transgression des engagements internationaux de Moscou, ajoutant que la Russie avait "elle-même créé la crise dans le sud-est de l'Ukraine". Le ministère russe des Affaires étrangères a qualifié les propos du secrétaire général de "diffamation", notant que "tout le monde est déjà habitué à son aspiration de se faire remarquer dans l'espace médiatique dans le contexte de la crise ukrainienne". Le ministère russe de la Défense a démenti les accusations de l'Alliance concernant une implication directe du matériel et des militaires russes dans les opérations en Ukraine, déclarant que Moscou a déjà cessé de faire attention aux "déclarations futiles de Rasmussen".

Jens Stoltenberg prendra ses fonctions de secrétaire général de l'Otan après le sommet – le 1er octobre.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала