Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Mistral: Moscou pointe la fiabilité de la France comme partenaire

S'abonner
Moscou a remis en cause la fiabilité de la France en tant que partenaire économique après la déclaration du président François Hollande selon laquelle les conditions pour la livraison des bâtiments de classe Mistral à la Russie n'étaient pas réunies, a annoncé jeudi la porte-parole adjointe de la diplomatie russe Maria Zakharova.

Moscou a remis en cause la fiabilité de la France en tant que partenaire économique après la déclaration du président François Hollande selon laquelle les conditions pour la livraison des bâtiments de classe Mistral à la Russie n'étaient pas réunies, a annoncé jeudi la porte-parole adjointe de la diplomatie russe Maria Zakharova.

"Malgré les nombreuses déclarations publiques au sujet de la primauté des engagements financiers, économiques et contractuels sur les divergences politiques, l'Elysée a aujourd'hui annoncé que le contrat portant sur les Mistral ne serait pas honoré. La réputation de la France en tant que partenaire fiable et remplissant ses obligations contractuelles a été jetée dans le feu des ambitions politiques américaines. Où est l'époque où Paris ne cédait pas à la pression des USA, par exemple sur l'Irak?", a écrit Mme Zakharova sur sa page Facebook.

"La France a capitulé. Heureusement que de Gaulle ne voit pas ce déshonneur… Mais c'est une question de la foi", a conclu la diplomate.

© RIA NovostiPorte-helicopteres Mistral
Porte-helicopteres Mistral   - Sputnik France
Porte-helicopteres Mistral

L'administration du président français François Hollande a annoncé mercredi, à la suite d'une réunion du Conseil restreint de défense, que les conditions pour la livraison du premier bâtiment de projection et de commandement (BPC) de classe Mistral à la Russie n'étaient pas réunies compte tenu de la situation en Ukraine. Plus tard, un porte-parole de l'Elysée a expliqué à RIA Novosti que la livraison du navire n'était pas suspendue et que la déclaration de François Hollande n'entraînait aucune conséquence juridique. Selon le porte-parole, le président a tout simplement déclaré qu'il n'approuverait pas la livraison du BPC si la situation en Ukraine ne s'améliorait pas.

Les autorités françaises ont jusqu'ici affirmé que les sanctions américaines et européennes contre Moscou sur fond de crise en Ukraine n'empêcheraient pas Paris d'honorer son contrat de 1,2 milliard d'euros prévoyant la livraison de deux BPC de classe Mistral à la Russie.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала