Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Il y a 55 ans, le premier alunissage

© © Collage: RIA Novosti/Alexander Mokletsov/East News/SSPL7/Jamie CooperIl y a 55 ans, le premier alunissage
Il y a 55 ans, le premier alunissage - Sputnik France
S'abonner
Le 12 septembre 1959 la fusée Vostok-L a été lancée vers la Lune depuis le cosmodrome de Baïkonour.

Elle a mis en orbite la station interplanétaire automatique (SIA) Luna-2 qui a atteint la surface du satellite naturel de la Terre pour la première fois au monde.

Un communiqué de TASS a stipulé : le 14 septembre à 00 heures 02 minutes et 24 secondes heure de Moscou, la deuxième fusée spatiale soviétique a atteint la surface de la Lune. Pour la première fois de l'histoire un vol spatial a été réalisé depuis la Terre vers un autre corps céleste.

Le communiqué recèle une imprécision qui a provoqué de sérieux débats entre les auteurs du texte d'une part et, de l'autre, le fondateur de la cosmonautique pratique Sergueï Korolev et l'académicien Mstislav Keldych, un des théoriciens de la mise en orbite des objets artificiels et des vols vers la Lune et les planètes du système solaire. Car une seule fusée a atteint la surface lunaire. La Luna-1 lancée en janvier de la même année a raté le coup, rappelle le rédacteur en chef de la revue Novosti kosmonavtiki (Nouvelles de la cosmonautique) Igor Marinine :

« La première station interplanétaire Metchta n'a pas volé dans la direction de la Lune, mais elle a suivi une trajectoire autour du Soleil et est devenue la première planète artificielle. Le but de la mission (l'accélération jusqu'à la deuxième vitesse spatiale) a été atteint. Le but suivant était de se retrouver sur la Lune, ce qui a été fait en 1959. Mais la fusée n'a pas aluni, elle ne s'est pas posée, elle a tout simplement percuté la Lune à une vitesse immense faute de l'atmosphère ».

Cette vitesse était de 12 km/s. Cela a marqué une réalisation extraordinaire pour le développement de la cosmonautique mondiale. La mise en œuvre du projet a exigé le règlement de problèmes scientifiques et techniques d'une complexité inouïe. La Terre évolue autour du Soleil à une vitesse époustouflante. La Lune tourne autour de la Terre avec une grande vitesse. Il a fallu prendre en considération la rotation de la Terre, la latitude de la position du cosmodrome. Tout a été calculé et en au final les Soviétiques ont atteint la Lune avant les Américains. Igor Marinine note que des expériences scientifiques n'ont pas été réalisées au cours du vol de la Lune-2.

« Pendant le vol, la station émettait du gaz inerte pour pouvoir suivre sa trajectoire depuis la Terre. Les scientifiques ont tenté de voir l'effet de l'explosion à travers un télescope, mais sans succès. La collision avec la Lune a été constatée suite à la disparition du signal émis par la station ».

L'alunissage de la station était très à propos. Il a eu lieu peu avant la visite du dirigeant soviétique Nikita Khrouchtchev aux Etats-Unis. Les journaux occidentaux écrivaient qu'il arrivait aux Etats-Unis avec la Lune dans sa valise. A la Maison Blanche, Khrouchtchev a remis au président Eisenhower une copie de l'emblème acheminée par la fusée sur la Lune. Igor Marinine poursuit :

« Toutes les premières stations (lunaires, martiennes, vénusiennes) emportaient des emblèmes. Sur la Lune-2 l'emblème avait la forme d’une boule qui devait se disloquer en une multitude de pentagones lors du contact de la surface. Ainsi ces pentagones devaient recouvrir la surface lunaire confirmant que l'URSS a été la première à se poser sur la Lune ».

Aujourd'hui plusieurs pays participent à la course lunaire. Si une expédition vers Mars n'a lieu que dans plusieurs dizaines d'années, les vols sur la Lune et la création sur sa surface d'une base fixe représentent une tâche réelle de ces prochaines années. La Lune pourrait devenir prochainement une partie de l'infrastructure spatiale de la Terre et une source d'énergie et de ressources matérielles. Les zones polaires sont particulièrement prometteuses du point de vue des études car elles recèlent probablement de l'eau. Personne n'a encore procédé au forage dans les zones polaires de la Lune. C'est là que devra se poser une station automatique russe ayant pour mission la recherche d’eau. Le lancement de cette station pourrait être effectué à la fin de 2016 ou au début de 2017. T


Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала