L’enseignement est basé sur des textes d'actualité

L’enseignement est basé sur des textes d'actualité
Le 30 septembre est célébrée la Journée mondiale de la traduction. Les traducteurs et les interprètes jouent un rôle énorme dans la civilisation mondiale bien qu’on n’aperçoive pas toujours leurs mérites.

Jérôme de Stridon, un écrivain, historien, traducteur et voyageur, est censé être le protecteur de tous les traducteurs et interprètes. Il a fait un travail colossal en traduisant la Bible en latin. Pour être traducteur, il ne suffit pas de connaître une langue étrangère, il faut être expert dans pratiquement toutes les sphères de la vie et se trouver au centre des évènements. Les réunions internationales ont quant à elles créé une espèce particulière de la traduction, la traduction simultanée, qui a été pour la première fois utilisée au procès de Nuremberg en 1945.

En Belgique, la langue et la littérature russes sont enseignées dans plusieurs grandes écoles. Ainsi, l’Ecole d’interprètes internationaux de Mons est connue bien au-delà des frontières belges. Ce n’est pas le hasard si la fondation « Le Monde russe » a inauguré à l’Université de Mons son premier Centre de langue et de culture russes en Europe de l’Ouest. Un diplômé du Département russe, Benoît Van Gaver, était le premier directeur de ce centre. Il est actuellement professeur à la Faculté de traduction et d’interprétation. Voilà ce qu’il a raconté dans une interview à « La Voix de la Russie ».

LVdlR: Dites quelques mots du commencement de cette nouvelle année d’études pour les étudiants de l’Ecole d’Interprètes à Mons.

Benoît Van Gaver: C’est une rentrée comme d’habitude en forçat, une rentrée très importante cette année. Nous avons pas mal d’étudiants en première année, un petit peu moins, que l’année dernière. Nous avons environ entre 55 et 60 étudiants. Les chiffres sont encore en train d’être modifiées, parce que les étudiants changent parfois en dernière minute de choix, des fois des langues. En première année nous sommes assez nombreux, donc, des classes bien remplies cette année pour commencer.

LVdlR: Pour entrer à cette école, il faut passer quelques examens ...

Benoît Van Gaver: Auparavant, c’était le cas. On devait présenter un examen en anglais, par exemple, et en néerlandais, si on choisissait l’anglais ou le néerlandais, et il y avait pour tous les étudiants un examen de français. Ca fait plusieurs années maintenant que cet examen n’existe plus. Donc, tous les étudiants qui le souhaitent, peuvent s’inscrire et s’élancer dans l’aventure de la traduction. Evidemment, c’est beaucoup plus facile de commencer, quand on a déjà un bon niveau de français surtout. L’importance est d’avoir une langue française, une langue maternelle de haut niveau, pour pouvoir justement devenir de bons traducteurs ou de bons interprètes.

LVdlR: Quels sont les programmes, d’après lesquels on enseignent à cette faculté?

Benoît Van Gaver: En réalité on se base sur le système européén, qui prévoit un bachelier. En Belgique on appelle ça un bachelier de trois ans, au bout desquels généralement les étudiants sont capables en tout cas pour les départements russes, de parler en russe, de comprendre les discussions, de pouvoir traduire les documents pas trop spécialisés. Et puis, il y a deux années supplémentaires de master. Et c’est au cours de ce master, qu’on va approfondir les connaissances en traduction pour une partie du programme ou en interprétation en fonction du choix des étudiants. Et depuis peu, on a une troisième filière, qui s’appelle traduction en milieu multiculturel. Nous, département russe en tout cas, on oriente les étudiants vers la traduction dans l’entreprise: comment contacter des clients potentiels russes, comment pouvoir rédiger des courriers avec ces clients et pouvoir également faire des présentations en russe, mais tout ça orienté dans le monde de l’entreprise. Et on n’oublie pas un autre débouché important pour nos étudiants, que sont les institutions internationales, et notamment les Nations Unies. Nous avons un programme de partenariat avec les Nations Unies, qui permet à nos étudiants chaque année de partir en stage à New-York, pour faire de la traduction ou de l’interprétation avec des professionnels.

LVdlR; Vous êtes le professeur du Russe, vous avez comme enseignant des liens, par exemple, avec le Centre de la langue et de la culture russe auprès de l’Université de Mons et avec l’Ambassade de la Russie, qui peut aider, pour organiser une telle ou telle manifestation, une exposition...

Benoît Van Gaver: Tout à fait. Nous collaborons très régulièrement avec le Centre russe, qui se situe sur le territoire de l’Université de Mons, et dans lequel nous nous rendons pratiquement tous les jours. Les étudiants le visitent en tout cas très activement. Ma collègue Olga Baïnova, qui organise énormement d’activités, des projections de films, des tables de discussions. Et cette année, au mois d’octobre, nous allons recevoir, grâce à Olga et à une collaboration avec une Université de Moscou RGGU, nous allons recevoir plusieurs étudiants de cette université, qui vont découvrir un peu la Belgique, à découvrir aussi des institutions européennes, présentes en Belgique. Cela permet à nos étudiants de faire connaissance avec des russes, de pouvoir se lier des liens d’amitié et de pouvoir pratiquer la langue. C’est une des nombreuses collaborations, que nous nous mettons en place.

LVdlR: Et vous envoyez vos étudiants en Russie, pour pratiquer la langue...

Benoît Van Gaver: L’année dernière nous avons pu ouvrir de nouveau partenariat avec l’Université de Nijni Novgorod, de Togliatti, la RGGU, LETI à Saint-Pétersbourg, aussi à Piatigorsk. Nous avons aussi des accords avec des pays de l’Union Européenne, avec la Lettonie, à Daugavpils la communauté russophone est très importante, et nous avons envoyé l’année dernière et nous enverrons envore cette année deux étudiants, qui vont faire le stage en russe à l’Université de Daugavpils.

LVdlR: Est-ce que vous avez la division entre deux futurs interprètes et traducteurs?

Benoît Van Gaver: Alors, oui. Cette division apparaît de la première master. Les étudiants peuvent choisir une filière ou autre. Certains choisissent les deux filières, et ils vont pendant la première année faire et de la traduction, et de l’interprétation. Et en fonction de leur résultat à la fin de l’année, vont pouvoir choisir en deuxième master de s’intéresser plus à l’interprétation ou à la traduction.

LVdlR: Et quels seront les emplois futurs des sortants de votre faculté?

Benoît Van Gaver: Nous avons remarqué ces dernières années, que généralement nos étudiants soit deviennent enseignants, qu’ils y enseignent le russe dans une mondre mesure, puisque l’enseignement du russe à l’école secondaire n’existe pas en région wallonne, mais par contre qu’il est possible pour eux, c’est de travailler surtout en entreprise avec la langue russe. Beaucoup vont s’occuper des services clients pour certaines entreprises ou alors devenir un des commerciaux actifs avec l’espace postsoviétique et d’autres débouchés plus prestigieux. Ce sont les institutions internationales, telles que les Nations Unies, et surtout nous avons pas mal d’anciens étudiants, qui sont aujourd’hui aux Nations Unies.

LVdlR: Pour les traducteurs il s’agit en tout premier lieu des exemples avec les oeuvres classiques de la littérature russe …

Benoît Van Gaver: C’est une des parties du travail, mais généralement pour les entrainer à la traduction, nous nous basons sur des textes d’actualité. Cela permet à l’étudiants de bien comprendre, ce qu’il se passe dans le pays, qu’il étudie, de bien suivre son actualité et en même temps ça lui permet d’apprenrre le langage, une langue russe contemporaine, et on va ajouter la littérature, mais seulement un peu plus tard, quand les étudiants ont suffisamment de maturité linguistique à ce moment-là.

LVdlR: Et vous-même, avez-vous visité cette année la Russie?

Benoît Van Gaver: Non? Je ne suis pas allé en Russie cette année. Je suis allé à une conférence à Helsinki, organisée par la revue Litéra russe. C’était l’occasion de rencontrer des traducteurs, des écrivains, des historiens, qui nous ont parlé des liens entre la Finlande et la Russie. Moi personnellement je ne travaille pas sur une traduction, mais j’ai une collègue, qui s’élance dans la traduction d’un livre de Mr. Biljo, qui est bien connu en Russie, et nous allons voir, où ça va mener.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала