Sommet d’Astrakhan : une percée dans la Caspienne

© © Photo: RIA Novosti/ Aleksey NikolskiySommet d’Astrakhan : une percée dans la Caspienne
Sommet d’Astrakhan : une percée dans la Caspienne - Sputnik France
Les principales ententes concernant le futur statut de la mer Caspienne sont fixées. Réunis à leur sommet à Astrakhan (Russie) les chefs de cinq Etats riverains ont signé une déclaration politique.

Ce document reflète les grands principes de coopération sur lesquels reposera la Convention sur le statut de la mer Caspienne. Quant au texte de la Convention, il pourra être adopté déjà au prochain sommet des pays riverains, estiment les présidents.

La Russie, le Kazakhstan, l’Azerbaïdjan, l’Iran et la Turkménie cherchent depuis déjà plus de 20 ans à établir le statut de cette mer fermée. La tâche n’est pas des plus faciles : après le démembrement de l’URSS cinq Etats indépendants sont apparus sur les rives de la Caspienne, partagée auparavant entre l’Union Soviétique et l’Iran. Or les principales difficultés semblent enfin surmontées. Les ententes réalisées à Astrakhan répondent aux intérêts durables de toutes les parties, est persuadé le président de Russie Vladimir Poutine.

« L’essentiel est que nous avons concerté la déclaration politique, qui fixe pour la première fois les principes majeurs de la coopération à Cinq sur la Caspienne. Les ententes conclues répondent aux intérêts à long terme de toutes les parties. Nous sommes reconnaissants aux partenaires pour leur volonté et leur savoir-faire en vue de trouver des compromis indispensables et acceptables. »

La Russie s’en tient à la position suivante : la Caspienne est un lac unique et doit bénéficier d’un statut juridique particulier. Les normes de la Convention de l’ONU sur le droit maritime international touchant en particulier la mer territoriale, la zone économique exclusive et le plateau continental ne lui sont donc pas applicables. Le grand principe au regard de la Russie peut être formulé comme suit : « délimiter le fond à des fins d’exploitation des ressources du sous-sol, exploiter les eaux en commun ». Il est proposé d’établir des zones de juridiction nationale larges de 25 miles, les eaux au-delà de ces zones sont utilisées par tous. La position de la Russie est partagée par l’Azerbaïdjan et le Kazakhstan. Jusqu’à ces temps-ci l’Iran préconisait un autre point de vue : Téhéran considérait que la mer devait être divisée en cinq parties égales. Or les points de vue de Moscou et de Téhéran se sont rapprochés après la récente visite du chef de la diplomatie iranienne Mohammad Jawad Zarif à Moscou. La signature apposée par le président iranien en bas de la déclaration adoptée au sommet l’a confirmé. La signature des documents au sommet sur la Caspienne montre la volonté politique des Etats à développer leur interaction, a déclaré Hassan Rohani.

La position constructive de Bakou a considérablement contribué aux compromis trouvés ces temps-ci. L’Azerbaïdjan a déjà réglé dans le un format bilatéral la plupart des questions litigieuses. Ces ententes ont posé encore une pierre dans la fondation de la future Convention sur le statut de la Caspienne, estime le leader azerbaïdjanais Ilhkham Aliïev.

A en juger d’après les interventions des dirigeants, ils sont persuadés que la conclusion de la Convention caspienne est une affaire d’un avenir immédiat. A la réunion élargie des propositions concrètes en vue de promouvoir la coopération ont été faites. Par exemple, le président du Kazakhstan Noursoultan Nazarbaïev a suggéré de créer une zone de libre échange.

Tandis que le président de Turkménie Gourbangouly Berdymuhammedov a attiré l’attention sur un essor de l’infrastructure des transports. Il a avancé l’idée de créer un cercle de chemin ferroviaire autour de la Caspienne. L’idée a plu au président russe Vladimir Poutine. La Russie trouve prometteur le projet de construction d'une voie ferrée autour de la Caspienne, a déclaré le président russe Vladimir Poutine. " L'enjeu est de relier les principaux ports maritimes de la Caspienne pour réduire le temps et les coûts de transport des marchandises et, par conséquent, rendre nos économies plus compétitives ", a-t-il expliqué.

Le président russe Vladimir Poutine a souscrit au point de vue de ses quatre homologues réunis à Astrakhan, selon lequel les décisions de leur IVe sommet constituaient une percée importante. Les principes d’interaction et de solution des questions essentielles sur la Caspienne ont été concertés. Les parties ont paraphé un accord de coopération dans l'hydrométéorologie et ont assisté à la signature de l'accord de coopération dans la prévention et l'élimination des situations d'urgence en mer Caspienne et de l'accord sur la préservation et l'exploitation rationnelle des ressources biologiques marines. Les cinq leaders se sont mis d’accord que la navigation sera livre sur la Caspienne pour les pays riverains. Mais ils n’admettront pas de présence militaire étrangère dans les eaux de la Caspienne, qui doit rester une mer d’amitié, une zone de paix, de coopération et de bon voisinage. T

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала