Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Un journaliste italien perce le mystère du naufrage du cuirassé russe Novorossiysk

© © Photo : ru.wikipedia.orgUn journaliste italien perce le mystère du naufrage du cuirassé russe Novorossiysk
Un journaliste italien perce le mystère du naufrage du cuirassé russe Novorossiysk - Sputnik France
S'abonner
Le livre du journaliste italien Luca Ribustini, décryptant le naufrage mystérieux du cuirassé soviétique, va paraître début octobre en Russie. Dans cette enquête de 150 pages, le journaliste essaie d’expliquer pourquoi Novorossiysk, le cuirassé italien, cédé en 1949 à la marine soviétique en guise de réparations de guerre, a été coulé dans le port de Sébastopol dans la nuit du 28 au 29 octobre 1955 suite à une explosion. Rubistini répond aux questions de La Voix de la Russie.

La Voix de la Russie : Pourquoi avez-vous décidé d’effectuer cette enquête ?

Luca Ribustini : L’interview avec Hugo Esposito, le vétéran de la 10e flottille des forces militaires spéciales pendant la Seconde guerre mondiale, fut à la base de mon enquête. J'ai rencontré Esposito pour lui demander des détails sur les circonstances de la mort mystérieuse et suspecte du commandant Borghese. Ce dernier est mort en Espagne en 1974. Esposito connaissait bien Borghese, et il m’a donné beaucoup d’informations sur lui. Lors de notre conversation, j'ai également posé une question sur le naufrage du cuirassé Novorossiysk, autrefois appelé Giulio Cesare. Et Esposito a reconnu que les militaires italiens seraient impliqués dans le naufrage du navire soviétique. J’ai donc entamé une enquête pour le vérifier.

La Voix de la Russie : Sur quelles sources était basée votre enquête ?

Luca Ribustini : Mon enquête s’est basée sur les témoignages des différentes personnes et les documents d'archives. J'ai effectué un travail de recherche considérable dans les archives d’Etat, l’archive de Rome, l’archive de la flotte militaire d’Italie et l’archive des bureaux côtiers de certaines villes du Sud d’Italie : Brindisi, Bari, Taranto, Naples et Civitavecchia. J’ai découvert beaucoup de documents prouvant que l’Italie avait tous les moyens nécessaires dans les années 1950 pour mener une telle opération. A l’époque, une véritable « organisation » existait en Italie pour détruire Novorossiysk.

En janvier 2014, j’ai découvert des documents qui confirment le fait qu’en 1955 un navire cargo était entré illégalement à plusieurs reprises dans les eaux soviétiques entre les ports d’Odessa et Sébastopol. Ce navire, à bord duquel se trouvaient les représentants de la flotte militaire d’Italie, était équipé de systèmes radar très puissants. Il réalisait dans cette zone une mission secrète. Je n’exclus pas que les militaires se préparaient de cette manière à l’opération de sabotage sur le cuirassé Novorossiysk. Les chercheurs russes parlaient à maintes reprises de l’assistance des navires italiens de la 10e flottille dans l’attaque contre le cuirassé soviétique. J’ai découvert des documents concernant un seul navire.

La Voix de la Russie : En Italie on essaie d’oublier cet épisode tragique. Une fois que le livre paraitra en Russie, à quelle réaction vous attendez-vous dans votre pays ?

Luca Ribustini : Honnêtement, je ne sais pas. Le silence qui règne en Italie par rapport à cette histoire me fait ressentir du désarroi. Je ne peux pas prédire quelle sera la réaction en Italie. Mais je pense que mon livre suscitera un grand intérêt auprès des lecteurs russes, car il relate la tragédie du cuirassé soviétique du point de vue italien.

La Voix de la Russie : Pensez-vous qu’une histoire semblable pourrait se reproduire aujourd’hui ?

Luca Ribustini : Le même scénario est exclu. L’Italie a changé depuis et nos forces militaires se basent sur de principes plus démocratiques, ayant pour objectif la paix, et non pas les conflits. /N

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала