Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

« Les sanctions n’empêchent pas la mise en œuvre de la plupart des projets »

« Les sanctions n’empêchent pas la mise en œuvre de la plupart des projets »
S'abonner
Le Centre logistique multimédia Freight Village Kaluga est aménagé à 67 kilomètres de Moscou. Il est possible de déployer dans un cluster des compagnies de transport, des dépôts, des compagnies de distribution, des fournisseurs de services logistiques, des entreprises industrielles et commerciales ayant l’accès direct aux principaux couloirs de transport. Cela rendra le trafic marchandises intérieur et international plus efficace, créera un milieu d’investissements favorable pour les compagnies résidents.

L’entrepreneur belge Philippe Nyssen qui habite depuis plusieurs années en Russie est chef de Freight Village Kaluga. Il a raconté à notre correspondant comment était réalisé le projet :

LVdlR: Est-се que ce projet exige beaucoup d’investissements?

Nyssen: Le projet se trouve à 67 km de Moscou sur un axe le M3 Moscou-Kiev, le moins utilisé pour l’instant. Le projet se développe sur un territoire de 600 hectares, qui se trouvent localisés à l’intersection de M3 Moscou-Kiev et de la rocade de Moscou. Aussi de l’autre côté il y a le nouvel aéroport d’Ermolino, qui va voir le jour en 2017 avant l’ouverture des Jeux de la Coupe du monde. Parallèlement au M3 Moscou-Kiev il y a la voie de train Moscou-Kiev, qui longe la route. Notre territoire a en effet un axe direct à cet axe, et via cet axe nous avons un terminal ferroviaire, qui a une capacité annuelle de 500 000 conteneurs. Territoire sur lequel, en coopération avec l’aéroport d’Ermolino, nous comptons développer un bâtiment, afin de travailler les marchandises, ce qui veut dire que le Freight Village est un centre multimodal avec l’accès à trois modalités de transport. Maintenant nous avons construe 9 km de route, 12 km de rails, 3000 m2 du Centre douanier administratif, qui permet de dédouaner jusqu’à 1200 camions ou éléments des marchandises, de faire 1200 déclarations par jour. Nous avons le territoire douanier de 9 hectares. Nous avons depuis le début de cette année commencé la construction de 120 000 m2 de dépôts de classe A. Nous commençons la construction de bâtiment industriel multifonctionnel, c’est à peu près 45 000 m2.

En fait, beaucoup de sous. Nous avons bien sûr notre propre capital, employé pour les premiers investissements. Aujourd’hui toutes les constructions, qui sont en cours, sont entièrement financées par un prêt, qui a été signé au début de cette année à Vnechéconombanque, qui fait 3,7 milliards de roubles. Durant le forum d’investissements, il y a deux semaines, nous avons signé un accord avec le Fond d’investissements directs de Russie. Le fond va participer dans le capital du groupe de sociétés de Freight Village. La somme exacte de cette acquisition par le fond pas encore établie, ne serait établie que d’avant la fin d’année. Nous espérons, cet accord permettra d’augmenter de façon conséquente de capital. Avec ce fond nous allons pouvoir en effet se nouer à développer tous les projets du Freight Village durant les trois- quatre prochaines années.

LVdlR: Est-ce que vous avez des investisseurs étrangers?

Philippe Nyssen: Freight Village est une entreprise à capital 100% étranger. Donc, la maison-mère est une société hollandaise d’investissements purs. Par contre, le fond russe d’investissements directs a comme tâche de garantir un investissement étranger. Le but aujourd’hui est de trouver un investisseur étranger, qui va préinvestir dans le Freight Village. En échange de l’investissement, ou plutôt le but du Fond est d’investir pour chaque dollar ou euro,rouble, qui est investi dans Freight Village par la société étrangère. La moitié de cette somme sera investie par le Fond, l’autre moitié par l’investisseur étranger. Il y a plusieurs candidats, et les négociations vont bon train, et nous avons bon espoir de signer l’accord final et d’avoir faire un choix sur l’investisseur, pour continuer nos développements.

LVdlR: Nous vivons le temps des sanctions. Est-ce que cela influence dans quelque mesure la construction de Freight Village?

Philippe Nyssen: Non. Le monde est en crise aujourd’hui. Il est clair, que les sanctions n’aident pas à l’économie. En tant que développeur, disons qu’il est toujours préférable de commencer à investir, construire des infrastructures, portant le marché plus calme. Aujourd’hui est le temps de préparer les projets, faire de l’ingénierie, durer les travaux d’architecture, tous ce qu’il est le design du bâtiment etc.

Tout projet prend entre neuf mois et un an, un an et demi parfois. Toute crise à un moment donné a une fin, et il y aura une reprise. Ceci n’empêche aujourd’hui la plupart des projets qu’on a et que nous allons réaliser au départ. On a déjà des clients et on a des preneurs, ce qui garantit la venue, qui va nous permettre de prendre la décision d’investir pour tel ou tel projet.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала