Sanctions/pétrole: Moscou recherche des investisseurs en Chine

© RIA Novosti . Alexei Druzhinin / Aller dans la banque de photosArkadi Dvorkovitch, vice-premier ministre de la Russie
Arkadi Dvorkovitch, vice-premier ministre de la Russie - Sputnik Afrique
Le gouvernement russe espère les pays qui n'ont pas adopté de sanctions contre Moscou investiront dans son secteur pétrolier, a déclaré le vice-premier ministre russe Arkadi Dvorkovitch, en visite à Kogalym (district autonome des Khantys-Mansis).

Le gouvernement russe espère les pays qui n'ont pas adopté de sanctions contre Moscou investiront dans son secteur pétrolier, a déclaré mercredi le vice-premier ministre russe Arkadi Dvorkovitch, en visite à Kogalym (district autonome des Khantys-Mansis).

"Nous discutons activement avec les institutions financières des pays qui n'ont pas cédé à la tentation d'introduire des sanctions, avant tout avec la Chine et plusieurs autres pays. Nous espérons que leur aide et nos ressources intérieures nous permettront de pleinement assurer la réalisation des programmes d'investissement de nos compagnies pétrolières", a indiqué M.Dvorkovitch devant les journalistes.

L'UE et les Etats-Unis ont interdit le 1er août les exportations d'équipements de hautes technologies aux compagnies pétrolières russes, destinés à réaliser des travaux de prospection et à produire du pétrole en eaux profondes et sur le plateau continental arctique et à exploiter les gisements de gaz de schiste. Le 12 septembre dernier, Bruxelles et Washington ont en outre interdit aux sociétés européennes et américaines de coopérer avec la Russie dans le cadre de projets pétrogaziers. Les sanctions européennes concernent l'ensemble du secteur pétrogazier russe, alors que les Etats-Unis ont précisé les sociétés visées par leurs sanctions (Rosneft, Gazprom, Gazprom Neft, Lukoil et Surgutneftegaz). 

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала