Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Ces bâtiments d’habitation moscovites témoins des répressions staliniennes

© Photo: RIA NovostiCes bâtiments d’habitation moscovites témoins des répressions staliniennes
Ces bâtiments d’habitation moscovites témoins des répressions staliniennes - Sputnik France
S'abonner
Entre 1936 et 1938, une vague de répressions a touché l’Union soviétique, une période pendant laquelle près de 1,5 million de personnes ont été arrêtées et au moins 700.000 ont été fusillées.

Plusieurs immeubles du centre de Moscou, dont certains habitants ont disparu à jamais, sont des témoins silencieux de cette époque.

Le bâtiment légendaire sur le quai de la Moskova a perdu un tiers de ses habitants à la fin des années 1930. La liste des victimes compte plus de 800 noms.

L’immeuble, construite à la fin des années 1920 par le célèbre architecte Boris Iofan, était l’un des plus grands bâtiments d’Europe. Il était composé principalement d’appartements de trois ou quatre pièces, dont les plus grands avaient une vue magnifique sur la Moskova.

Ceux qui vivaient dans cet immeuble faisaient partie de l’élite soviétique. C’étaient des scientifiques, des membres du parti, des héros de la Guerre Civile, des héros du travail socialiste et des écrivains. Le 1er novembre 1932, 2745 personnes vivaient dans ce complexe : 838 hommes, 1311 femmes et 596 enfants. Parmi eux, 800 personnes deviendront victimes des répressions politiques. Certains seront fusillés, d’autres envoyés en exil, alors que les enfants des personnes condamnées se retrouveront dans des orphelinats. D’autres encore, terrorisés par l’idée que les autorités viennent les chercher, se suicideront.

On venait les chercher dans leurs appartements à la tombée de la nuit et les voisins retrouvaient le lendemain matin l’appartement sous scellé.

Ainsi ont disparu le maréchal soviétique Mikhaïl Toukhatchevski et l’homme politique Alexeï Rykov, qui était en charge de la construction de cet immeuble alors qu’il était président du Conseil populaire des commissaires.

« La maison des chevaliers »

Le destin fut également tragique pour les habitants de la fameuse « Maison des chevaliers » sur Arbat, en plein centre de Moscou. Cette maison, qui appartenait au couple de rentiers Filatov, a été construite d’après le projet de l’architecte Valentin Doubovski dans les années 1913-1914. Cette maison était considérée comme un véritable gratte-ciel au début du XXe siècle. Elle était destinée à des personnes de la classe aisée. Avec l'arrivée du pouvoir soviétique, une nouvelle élite s’est installée dans cette maison. Dans certains appartements se sont installées plusieurs familles, sauf certains habitants célèbres qui gardèrent alors leurs grands appartements.

Parmi les locataires de cette maison on peut citer le célèbre militaire soviétique, le commandant du 1er rang, Ivan Belov. En 1937, il était membre de la Chambre spéciale de la Cour suprême soviétique pour l’affaire du militaire soviétique Toukhatchevski, également fusillé en 1937. Six mois plus tard, Belov a été arrêté et cinq mois plus tard, il a été exécuté.

Le camarade de Vladimir Lénine, Grigori Zinoviev, célèbre pour son activité politique pendant la Révolution d’Octobre, vivait également dans cette maison sur Arbat. Il a été condamné à la peine capitale la même année, accusé d’activité antisoviétique. /N

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала