Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La Moldavie renonce à sortir de la CEI

S'abonner
Comme l'a annoncé le chef de l'autonomie de la Gagaouzie et membre du gouvernement moldave Mikhaïl Formuzal, la Moldavie reçoit plus de 1 milliard de dollars par an de la part des travailleurs moldaves embauchés en Russie, écrit lundi 13 octobre le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

Comme l'a annoncé le chef de l'autonomie de la Gagaouzie et membre du gouvernement moldave Mikhaïl Formuzal, la Moldavie reçoit plus de 1 milliard de dollars par an de la part des travailleurs moldaves embauchés en Russie, écrit lundi 13 octobre le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

Cette partie de la population moldave, selon Formuzal, soutient l'intégration du pays à l'Union douanière. Le dirigeant de la Gagaouzie a promis hier lors d'une rencontre avec des représentants de la diaspora moldave à Moscou de dénoncer l'accord d'association de la Moldavie avec l'Union européenne pour s'assurer le soutien de son bloc Pour l'Union douanière aux législatives en novembre.

La Gagaouzie de 200 000 habitants avait auparavant voté au référendum pour l'intégration à l'Union douanière. Aux prochaines législatives les Gagaouzes ont l'intention de soutenir le bloc qui avait avancé cette initiative dans son programme électoral.

L'un des leaders du bloc réunissant trois partis et dix associations, Mikhaïl Formuzal, s'est rendu à Moscou pour s'assurer le soutien des Moldaves qui travaillent en Russie. Ils seraient près de 600 000, selon lui. Etant donné qu'aux dernières élections 1,5 million de personnes figuraient sur les listes électorales, il s'agit d'un supplément conséquent pour l'électorat du bloc. Cependant, tous les travailleurs immigrés ne pourront pas voter car un seul bureau de vote est généralement ouvert à Moscou – à l'ambassade. Mais cette fois la diaspora moldave en la personne de Formuzal a demandé d'ouvrir dix bureaux de vote. Or il est peu probable que ces exigences soient entendues: cela pourrait poser problème à la coalition pro-européenne dirigeante.

Les statistiques de la Banque mondiale indiquent, d'ailleurs, que la population moldave reste majoritairement tournée vers l'est: 86% de l'argent envoyé en Moldavie par les travailleurs immigrés provient de Russie. On peut ainsi en déduire combien de Moldaves travaillent en Russie et en UE. Sachant que le travail est un facteur essentiel pour les électeurs lors du choix d'un parti. Davantage de citoyens voteront pour les partis qui promettent de préserver la possibilité de gagner de l'argent en Russie, or cela implique l'intégration à l'Union douanière, comme en témoignent les sondages. D'autant que les partis pro-européens ont commis de nombreuses erreurs au pouvoir.

Le Fonds monétaire international (FMI) a récemment constaté que la Moldavie avait commencé à dépenser l'aide financière qui ne devait être accordée qu'en 2015-2017. Les sponsors ont commencé à envoyer de l'argent par anticipation, et le gouvernement s'en sert pour verser les salaires et les retraites, sans pour autant avoir des sources intérieures pour couvrir les dépenses publiques. Selon les experts du FMI, c'est précisément ce qui explique les prévisions de déficit budgétaire inférieures aux pronostics initiaux en 2014.

Dans ces circonstances, les autorités moldaves, selon Formuzal, ont renoncé à sortir de la CEI. "Elles disent avoir l'intention de travailler avec les pays de la communauté tels que la Biélorussie et le Kazakhstan, qui achètent à la Moldavie des fruits et des légumes dont l'importation est interdite en Russie. Mais Chisinau fait tout de même remarquer que cela témoigne d'un dysfonctionnement de l'Union douanière", souligne le dirigeant de la Gagaouzie.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала