L'UE : la maladie de la cécité pro-Kiev

© © Photo: RIA Novosti/Alexey KudenkoL'UE : la maladie de la cécité pro-Kiev
L'UE : la maladie de la cécité pro-Kiev - Sputnik France
L'Union Européenne, après les élections du 2 novembre sur le territoire de Donbass et de Lougansk, a l'intention de durcir de nouveau le régime des sanctions contre la Russie.

Kiev avait demandé de tenir le scrutin d’après ses propres règles et seulement le 7 décembre. Bruxelles et Washington ont annoncé les élections dans les républiques autoproclamées illégitimes et contredisant «le processus pacifique» et les accords de Minsk signés en septembre de cette année. Déjà, on sait exactement que l’UE renforcera les sanctions contre la direction récemment élue de la république populaire de Donetsk et de Lougansk. Cela veut dire que dans les « listes noires », figurera encore une douzaine de noms - des "personae non gratae » de Donetsk et de Lougansk. Et le 17 novembre, les chefs des Ministères des Affaires étrangères de l'Union Européenne doivent décider, comment on peut punir encore la Russie.

Au lieu d’un dialogue, on nous avance constamment des ultimatums, on détruit nos maisons, on tue nos mères, nos frères, nos femmes et nos enfants et de plus, on demande d’accepter «les règles de Kiev», de voter aux « élections » à côté des chars et des canons. Pourquoi alors ne pas nous faire creuser nous-même des tombes ?- a dit le chef récemment élu de la république populaire de Lougansk Igor Plotnitski.

« Nous restons ma lgré tout les voisins de l’Ukraine. Il est stupide de maintenir les hostilités avec les voisins quand on peut avoir des relations politiques et économiques. Et le peuple en tirerait profit. Nous avons toujours été prêts au dialogue avec Kiev. »

« Combien de fois peut- on répéter les mêmes erreurs, provoquer Moscou et introduire les sanctions tout à fait irrationnelles, dictées d’outre-océan ? » - a déclaré le député du Parti britannique pour l'indépendance du Royaume-Uni Nigel Farage. 

« A la longue liste des échecs et des erreurs de la politique étrangère de l’UE des dernières années, comprenant les bombardements de la Libye et la tentative d'armer les rebelles syriens, s’ajoute la provocation tout à fait inutile à l’égard du président russe Vladimir Poutine. L'Empire européen aspirant à l'expansion a affirmé ses droits sur le territoire de l'Ukraine il y a quelques années déjà. Pour aggraver encore plus la situation, certains membres de l'OTAN ont commencé à déclarer aussi qu’ils voudraient voir l'Ukraine au sein de l'organisation. Nous avons provoqué ouvertement la révolte en Ukraine et le renversement du président légal Victor Ianoukovitch. Et cela a amené à la réaction naturelle de Vladimir Poutine. Donc, la morale de toute cette histoire est la suivante : si vous piquez l'ours russe avec un bâton, il n’est pas étonnant qu'il réagisse à cela. »

La réunion du groupe trilatéral de contact sur l'Ukraine avec la participation des représentants de la république populaire de Donetsk et de Lougansk, de la Russie et de l’OSCE peut avoir lieu seulement dans quinze jours, a-t-on annoncé jeudi à Donbass. Mais tout porte à croire que Kiev qui a effectué le regroupement des troupes à l'est et leur réarmement est définitivement prêt à torpiller la trêve.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала