Kiev tue des enfants a Donetsk

© © Photo: AP/Dmitry LovetskyKiev tue des enfants a Donetsk
Kiev tue des enfants a Donetsk - Sputnik France
Les enquêteurs russes ont lancé le 6 novembre des poursuites pénales contre les militaires et les gardes nationaux ukrainiens inculpés d’avoir tiré sur une école à Donetsk. Deux adolescents ont été tués et 4 blessés à la suite des tirs.

Une petite fille et sa mère ont péri sous les obus des nationalistes en périphérie de la ville plus tôt dans la journée.

Le jour même, le MAE russe a fait ses commentaires à propos des manoeuvres politiques cyniques de Kiev. Le document fait ressortir que les autorités ukrainiennes ont violé tous les principes des conventions de Genève. Au lieu de procéder à une réforme constitutionnelle réelle et au dialogue avec leur propre peuple, elles se livrent à de vagues manœuvres dans la coulisse et au lieu d’instaurer la paix, font donner des armements lourds qui provoquent des milliers de morts dans la population et des destructions d’envergure.

Le 17 avril, les ministres des Affaires étrangères de Russie, des États-Unis, d’Ukraine et un émissaire de l’UE ont adopté une déclaration commune qui proclamait des mesures concrètes visant la désescalade de la tension en Ukraine et le rétablissement de la sécurité pour tous les citoyens.

Il est évident maintenant que ces accords ont été grossièrement violés par la partie ukrainienne.

Le président Porochenko avait même proclamé une nouvelle politique concernant les régions rebelles en désavouant la Loi sur le statut spécial des régions de Lougansk et de Donetsk adoptée dans le cadre des accords de Minsk.

L’abrogation du statut spécial du Donbass, c’est encore le refus du dialogue avec ceux qui désapprouvent la politique actuelle de Kiev. Et c’est aussi la voie qui mène dans l’impasse, estime le politologue ukrainien Alexandre Boulavine :

« Par ce décret, le président confirme qu’il considère toujours les régions de Donetsk et de Lougansk comme des terres apanagées d’Ukraine peuplées de manants qui doivent obéir à Kiev au doigt et à l’œil. »

Les dirigeants de Kiev ont en outre décidé d’augmenter drastiquement à partir de 2015 de budget militaire qu doit passer de 1,02 à 3 % du PIB. C’est loin d’être la meilleure solution dans le contexte d’une économie en détresse.

Les politiques de Maïdan avaient même annoncé le début du blocus économique du Donbass pour contraindre les régions rebelles à capituler.

Tout porte à croire que les autorités ukrainiennes préparent une provocation d’envergure, estime Alexei Fenenko, chargé de cours à la faculté de politique internationale de l’Université de Moscou :

« L’Ukraine voudrait bien que les miliciens violent le régime de cessez-le-feu. Elle pourrait alors les en accuser et faire porter le chapeau à la Russie. Dans ce contexte, les Américains lanceraient allègrement une nouvelle campagne antirusse à l’échelle globale. Si je me rappelle bien, Joe Biden doit venir en Ukraine le 22 novembre et les provocations se multiplient en prévision de sa visite. Il est peu probable que l’Ukraine commence elle-même un conflit militaire d’envergure pour la simple raison qu’elle n’a pas d’armée en état de combattre. Commencer la nouvelle guerre, c’est la perdre assurément. »

Les nouvelles autorités des républiques de Donetsk et de Lougansk proposent au contraire de travailler sur la nouvelle rédaction du protocole de Minsk pour faire régner la paix en Ukraine. Elles recherchent donc la paix et la concorde, tandis que la partie ukrainienne fait entendre les cliquetis d’armes rouillées, tue des enfants, menace de décréter le blocus et prépare des provocations. Comme on dit, sentez bien la différence…

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала