Sahara occidental: le Maroc accuse l'Onu d'avoir mal défini le problème

© Flickr / UN Photo / Martine PerretSahara occidental: le Maroc accuse l'Onu d'avoir mal défini le problème
Sahara occidental: le Maroc accuse l'Onu d'avoir mal défini le problème - Sputnik France
Si le problème du Sahara occidental, dont le territoire est revendiqué par le Maroc, ne trouve pas de solution depuis le départ des Espagnols en 1976, c'est en premier lieu parce que ce problème a été mal défini par les Nations unies chargées de régler ce genre de conflits latents, estime le quotidien en ligne Morocco World News.

Si le problème du Sahara occidental, dont le territoire est revendiqué par le Maroc, ne trouve pas de solution depuis le départ des Espagnols en 1976, c'est en premier lieu parce que ce problème a été mal défini par les Nations unies chargées de régler ce genre de conflits latents, estime le quotidien en ligne Morocco World News.

Le journal cite à cette occasion Albert Einstein selon lequel s'il avait une heure pour sauver le monde, il passerait 55 minutes à étudier le problème et seulement cinq minutes à trouver une solution.

D'après les responsables marocains, l'Onu semble méconnaître les éléments fondamentaux de ce problème qui oppose depuis des décennies le Maroc et l'Algérie.

Si l'Algérie, principale partie dans ce conflit, est considérée comme pouvant s'y ingérer légitimement, il n'y aura pas de solution, estime le quotidien. En effet, selon les responsables marocains, le front Polisario - mouvement indépendantiste hostile au Maroc - est entièrement soutenu par l'Algérie, qui ne le nie même pas. L'Onu reconnaît également l'implication d'Alger dans la crise sahraouie mais ne fait rien pour y mettre un terme.

A l'appui de cette assertion, le journal cite les démarches du représentant spécial du secrétaire général de l'Onu pour le Sahara occidental, Christopher Ross. Ce diplomate américain, ancien ambassadeur des Etats-Unis en Algérie, considère cette dernière comme "un simple observateur, un voisin bien intentionné qui ne songe qu'à la prospérité du Maghreb".

Les Etats-Unis exercent des pressions sur Rabat afin qu'il coopère étroitement avec M. Ross, ce qui irrite Rabat très hostile à la position adoptée par ce dernier.

"Les jours d'Obama dans le Bureau ovale sont comptés, et Hillary Clinton ou toute autre personne élue à la présidence américaine manifestera sûrement plus de compréhension envers le Maroc", espèrent les responsables marocains cités par  le quotidien.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала