Nucléaire iranien: une entente universelle est nécessaire (Lavrov-Kerry)

© Sputnik . Valeri Melnikov / Aller dans la banque de photosCentrale nucléaire de Bouchehr en Iran
Centrale nucléaire de Bouchehr en Iran - Sputnik France
Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et le secrétaire d'Etat américain John Kerry ont évoqué mercredi par téléphone le programme nucléaire iranien, constatant la nécessité d'une entente universelle entre Téhéran et les Six, rapporte la diplomatie russe.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et le secrétaire d'Etat américain John Kerry ont évoqué mercredi par téléphone le programme nucléaire iranien, constatant la nécessité d'une entente universelle entre Téhéran et les Six, rapporte mercredi la diplomatie russe. 

"Les ministres ont évoqué le problème nucléaire iranien, compte tenu des résultats du dernier round de négociations tenu le 11 novembre à Oman entre les six pays médiateurs internationaux (Russie, Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne et Allemagne) et le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif. Les interlocuteurs ont constaté la nécessité de la conclusion la plus rapide possible d'une entente universelle qui permette en perspective de normaliser complètement la situation autour du programme nucléaire iranien", lit-on dans le communiqué.

Mardi, la ville omanaise de Mascate a accueilli un nouveau round de négociations entre les Six et l'Iran avec la participation de Catherine Ashton à titre de conseillère spéciale de l'Union européenne. La délégation iranienne a été conduite par Mohammad Javad Zarif, et la délégation russe par le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov. Le prochain volet des négociations aura lieu à Vienne du 18 au 24 novembre.

Aux termes de l'accord intermédiaire conclu le 24 novembre 2013 à Genève, l'Iran et les six médiateurs internationaux devaient élaborer avant le 20 juillet un document définitif garantissant le caractère pacifique du programme nucléaire iranien en échange d'une levée graduelle des sanctions décrétées contre Téhéran. Or, ce délai n'a pas été respecté. L'accord intermédiaire ne pouvant pas rester en vigueur pendant plus d'un an à dater de sa signature, le document définitif doit être élaboré le 24 novembre 2014 au plus tard.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала