Sommet de l’APEC : succès économique ou match nul ?

© © Photo: RIA Novosti/Alexei DruzhininSommet de l’APEC : succès économique ou match nul ?
Sommet de l’APEC : succès économique ou match nul ? - Sputnik France
Renoncer à toutes les formes de protectionnisme, renforcer les liens entre les pays de la région, mettre en place une zone de libre-échange : voici les principales lignes de la déclaration adoptée à l’issue du sommet de l’APEC qui vient de se terminer à Pékin. Ce sommet est un succès, constatent les spécialistes qui trouvent assez ambitieux les projets des Etats membres pour les dix ans à venir.

Moscou est ouvert au dialogue avec les autres partenaires, y compris les groupements existants et en cours de création. Le caractère transparent de tous ces processus est de rigueur, a insisté Vladimir Poutine.

« Il faut agir en s’appuyant sur les principes de transparence et d’ouverture déjà évoqués par mes homologues. Il faut par ailleurs tenir compte des intérêts et des possibilités des parties. Nous nous basons également sur le fait que tout nouvel accord ne doit pas porter atteinte au système de commerce multilatéral de l’OMC ».

Cette déclaration du président russe s’inscrit dans la ligne qu’il a tracée lors de la dernière réunion à Sotchi du Club de discussion Valdaï, fait remarquer le député russe Evgueny Fedorov.

« Lors de la rencontre de Sotchi, Poutine a mis en garde : le démantèlement du monde unipolaire ne doit pas aboutir à créer un chaos mais un nouvel ordre mondial où les nations libres coopèrent les unes avec les autres. Quant aux Etats-Unis, leur but est justement de créer le plus grand chaos qui soit lors de ce démantèlement en encourageant les conflits et la résistance interne. C’est pour cela que Vladimir Vladimirovitch propose de renoncer à ce scénario rempli de querelles et de mettre en place un système transparent de relations économiques où tout sera conforme à une seule et même ligne économique sans tous ces accords secrets ».

Vu sous cet angle, le sommet se serait terminé en match nul, selon certains analystes. Les Etats-Unis n’ont pas pu annoncer la création du Partenariat transpacifique. Si la Chine a lancé des pourparlers en vue de la mise en place d’une zone de libre-échange en Asie Pacifique, les délais n’ont pas été précisés. Le sommet a contribué à renforcer le « centre d’attraction chinois » dans la région, ce qui constitue une autre source de préoccupation pour les Américains, font remarquer les autres analystes.

La Russie bénéficie aujourd’hui d’une position assez confortable en Asie Pacifique. Toutes les grandes économies de la région sont intéressées à coopérer avec Moscou, note Sergueï Loukonine de l’Institut de l’économie mondiale et des relations internationales de l’Académie des sciences de Russie.

« Le Japon souhaite coopérer avec la Fédération de Russie en redoutant un rapprochement entre la Russie et la Chine. La Corée du Sud souhaite investir dans l’économie russe, plus précisément dans la prospection des gisements d’hydrocarbures, etc. La Chine souhaite coopérer avec la Russie afin de diversifier les fournitures d’hydrocarbures mais aussi de trouver un marché pour ses produits de haute technologie et pour ses investissements ».

Pour la Russie le sommet est globalement une réussite même si les Russes se sont plutôt concentrés sur le « petit sommet », à savoir la rencontre entre Vladimir Poutine et Xi Jinping. Le président russe a par ailleurs eu plusieurs brèves entrevues avec son homologue américain Barack Obama. A la fin du sommet les dirigeants des Etats membres de l’APEC ont participé à une cérémonie symbolique d’inauguration d’une allée où chaque leader a planté un pin portant son nom. /N

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала