En Syrie, les USA combattent le pouvoir et ses opposants

Face à la nécessité d'intensifier la lutte contre l'Etat islamique (EI), le président américain Barack Obama revoit sa politique syrienne, selon une source de la Maison blanche citée par CNN, écrit vendredi le quotidien Kommersant.

Face à la nécessité d'intensifier la lutte contre l'Etat islamique (EI), le président américain Barack Obama revoit sa politique syrienne, selon une source de la Maison blanche citée par CNN, écrit vendredi le quotidien Kommersant. Selon la chaîne, l'administration présidentielle a l'intention de faire d'une pierre deux coups – combattre l'EI et renverser le gouvernement de Damas. L'ambassade des USA à Moscou précise qu'il n'est pas question d'un remaniement profond de la politique américaine car la pression sur le gouvernement syrien est toujours restée à l'ordre du jour. Cependant, les experts interrogés sont très sceptiques quant à l'idée de renverser Bachar al-Assad: l'opposition syrienne modérée sur laquelle misait l'Occident est pratiquement anéantie, alors que la question d'une opération militaire internationale au sol ne se pose pas.

Renverser Bachar al-Assad était une priorité de Washington bien avant que l'EI lance cette année un défi à l'Occident.

Dans le même temps, le projet de "restructuration démocratique" de la Syrie est dans une impasse: le président Assad a réussi à conserver le contrôle de la majeure partie du territoire et a réaffirmé sa légitimité lors de l'élection présidentielle de juin dernier. Quant aux unités de l'opposition modérée, sur laquelle misait initialement l'Occident, elles ont été défaites par les islamistes. De son côté la coalition internationale de "Amis de la Syrie", qui a pour objectif de renverser le gouvernement de Damas, ne se réunit plus aussi souvent depuis qu'elle a perdu ses repères et ne sachant pas comment agir par la suite.

Dans ces conditions, Washington a visiblement décidé de rappeler que la "démocratisation de la Syrie" restait à l'ordre du jour malgré la menace émanant de l'EI. "La stratégie n'a pas changé: bien que l'expulsion des islamistes terroristes du territoire irakien reste une priorité, avec nos partenaires de coalition nous poursuivons les attaques contre l'EI en Syrie pour l'empêcher de se sentir en sécurité et anéantir sa puissance opérationnelle. Assad reste le plus grand aimant pour l'extrémisme en Syrie et le président Obama a clairement laissé entendre que cet homme avait perdu sa légitimité. C'est pourquoi en s'efforçant d'isoler le régime d'Assad, nous travaillons avec nos alliés afin de renforcer l'opposition modérée", a déclaré le porte-parole de l'ambassade des USA à Moscou William Stevens.

Mais les experts interrogés sont sceptiques quant à la tentative des USA de fusionner l'objectif du renversement d'Assad avec la lutte contre l'Etat islamique.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала