Berlin impose son modèle économique à l'Europe (Financial Times)

© Flickr / MichaelBerlin impose son modèle économique à l'Europe (Financial Times)
Berlin impose son modèle économique à l'Europe (Financial Times) - Sputnik France
L'Allemagne, première puissance économique de la zone euro, devrait revoir les principes de sa politique dans le contexte économique actuel. Cependant, le gouvernement d'Angela Merkel ne s'empresse pas de prendre ces décisions dont dépend le sort de l'économie européenne, écrit le quotidien britannique Financial Times.

L'Allemagne projette son modèle économique sur les autres membres de la zone euro sans tenir compte des différences fondamentales entre les systèmes politiques, les conditions économiques et les particularités juridiques des États membres, ce qui pourrait avoir de sérieuses conséquences pour l'économie européenne, écrit Wolfgang Munchau, rédacteur en chef adjoint du Financial Times.

Les Allemands, écrit Munchau, utilisent un modèle économique apparu dans les années 1930 pour réagir à l'effondrement de la démocratie libérale: l'ordolibéralisme. Ce concept est né de l'idée selon laquelle les systèmes libéraux sont instables en soi, c'est pourquoi le développement de l'économie est impossible sans intervention du gouvernement.

"Le récent rapport du Conseil allemand des experts économiques, organisme officiel qui consulte le gouvernement, est un parfait exemple de la politique dogmatique et dépassée du gouvernement. Il ne critique par l'économie pour le manque d'investissements, l'excès des soldes d'opérations courantes non utilisés et l'insistance fiscale des autorités. Ses auteurs veulent seulement que le gouvernement d'Angela Merkel soit encore plus ferme", estime l'expert.

D'après le rédacteur en chef adjoint du Financial Times, le gouvernement allemand et l'opposition sont bien ordolibéraux, et les universités enseignent une économie de ce type, donnant l'impression que l'économie allemande vit dans une "réalité parallèle". L'erreur des partisans de ce concept est qu'ils comprennent la crise de la zone euro et ses causes uniquement comme un problème de discipline fiscale. Par conséquent, les ordolibéraux allemands n'ont de facto aucune solution alternative face aux problèmes économiques actuels.

"Une telle doctrine pourrait peut-être fonctionner en Allemagne mais je pense que le succès allemand est plus dû à l'amélioration des technologies, la maîtrise des prestataires et la présence de compagnies professionnelles, qu'à la politique économique du gouvernement. Dominante dans la zone euro, l'Allemagne projette son idéologie ordolibérale sur les autres membres. Il est difficile d'imaginer un concept moins approprié pour une union monétaire avec des particularités juridiques, des systèmes politiques et des conditions économiques si différentes. On s'imagine tout aussi difficilement l'Allemagne renoncer à poursuivre cette politique. Au final, les frais pour le sauvetage de la zone euro s'avéreront incroyablement élevés", conclut Wolfgang Munchau.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала