Le djihad européen pour demain !

Le djihad européen pour demain !
Du bord de son avion présidentiel François Hollande s’est indigné de l’extrême bassesse des terroristes qui exécutèrent de façon atroce plusieurs dizaines de soldats et civils au nord de la Syrie en les décapitant lentement au couteau. Il est à noter qu’on n’en est pas à la première mise à mort spectaculaire et massive. Les takfiristes ont fait de même avec plusieurs femmes chrétiennes enlevées probablement en Ninive, déshabillées, battues et ensuite exécutées devant une caméra de façon la plus abjecte à multiples coups de haches et épées portés sur la nuque. La France se rend-elle compte que le djihad frappe désormais à ses portes et qu’aucun arrêté ministériel ne saura l’arrêter ?

Un grand bloggeur et journaliste connu français se prononce. Il s’appelle Jacques Borde, il a du vécu. Ecoutons-le !

Spoutnik. Que pensez-vous du jihad européen surtout après a voir aperçu des ressortissants français parmi les bourreaux islamistes de « l’Etat islamique » en Syrie ?

Jacques Borde.Pour moi, le danger est imminent. Nous avons un gros problème par rapport à ce qu’affirment les médias. Le contexte de l’existence des djihadistes est beaucoup plus compliqué qu’on ne le pense. Généralement les zones de combat sont limitées dans l’espace et les gens vont là où le combat est plus facile. En appliquant ce principe, nous ferons vite de nous rendre compte que non seulement nous allons avoir affaire à des takfiristes français mais probablement à tous les francophones ! Parce qu’il est évident que si vous êtes un djihadiste francophone rompu au combat sur le front syrien ou irakien où il n’y a pas énormément de pertes, pour remettre les choses dans leur contexte parce que ce n’est ni Dardanelles, ni Verdun ! Là-bas, sur les fronts c’est plutôt des pillages et des viols puisqu’on peut même s’offrir une jeune fille pour 300 euros… Ce n’est pas une guerre en dentelle mais ça n’en est plus pour autant une guerre de grande intensité.

Le jour où ces gens voudront rentrer et s’ils sont francophones c’est-à-dire Algériens, Marocains, Tunisiens ou autres, ils se rendront peut-être sur le front du djihad le plus faible : là où l’Etat est le plus laxiste et le moins tenace. Et il y a de fortes chances quand on connaît les méthodes qu’a pu utiliser Londres face à l’IRA et je pense aussi à l’affaire de Gibraltar où même à un moment donné l’Espagne démocratique n’a pas eu son égal pour liquider les activistes de l’ETA en France, on peut alors si tous ces francophone qui auront pour idée de faire le djihad en Europe, n’iront pas en France parce que ce sera au bout du compte, le plus simple ?

Il y a aussi un aspect juridique propre à la France : si vous prenez pour dit que le retour des djihadistes implique l’apparition des effectifs importants, vous comprendrez que des histoires que l’on vous serine sur quelques centaines de ressortissants ne sont que des balivernes. Parce que les djihadistes francophones se chiffreraient à 10.000 personnes. Or comme l’a démontré Xavier Rofort dans ses travaux bien que cela ait trait plutôt à la criminologie, mais cela ne change rien, généralement le criminel va là où c’est le plus facile ! Or quel est le front du djihad le plus accommodant pour les apprentis terroristes ? C’est évidemment la France !

Comme vous connaissez les méthodes britanniques telles qu’utilisées face aux Irlandais, ils ont des autorités qui peuvent réagir très brutalement. Or la France est un pays faible ! Pourquoi ? Mais parce que l’on a à la fois des forces de l’ordre qui ne peuvent utiliser des grenades, n’ont pas le droit de sortir leurs armes (quand un policier sort son arme, il est mis en garde-à-vue), et notre justice est laxiste.

On l’a très bien vu avec la dernière condamnation où l’on a eu un djihadiste de retour qui a pris 7 ans de prison ! Et quand on connaît bien la loi française, on sait que cela équivaut à 3 ans derrière les barreaux. Comme vous allez être par vos petits camarades là-dedans, vous allez leur faire faire l’université du terrorisme pour en ressortir à 28 si vous y êtes entré à 25. Et en plus ça se fait aux frais de la loi française !

Quelle est la solution ? Vous avez d’autres Etats qui sont passés par là. Si vous prenez les Israéliens, eux, ils n’hésitent pas à appliquer la loi dans toute sa sévérité et même des assassinats extra-judiciaires. Les Britanniques font pareil. Alors on va se retrouver avec tous les djihadistes francophones sur le dos ! Et peut-être même leurs confrères britanniques viendront les rejoindre si cela devient un front chaud du djihad ! Ils iront se battre en France parce qu’au fond ils ne risquent pas grand’ chose.

Et comme ces takfiristes sont déjà au nombre de plusieurs milliers, il y en aura forcément d’autres qui iront se former. C’est un terrain d’appel ! Le djihad quant à lui n’implique pas impérativement des combats furieux et une guerre féroce. S’ils reviennent en France, ils auront des conditions de combat qui seront plus faciles qu’ailleurs. Pour être objectif, pour un djihadiste il vaudrait mieux être interrogé par un service de renseignement français plutôt qu’algérien. Alors quitte à aller se battre, ils iront tâter le feu plutôt en France et en Belgique ! Donc il faut s’y faire et reconnaître que le front du djihad européen est sur le point de devenir un fait !

Commentaire. Je peux rendre raison à mon compagnon d’armes qu’est pour moi Jacques Borde que je n’ai pas encore rencontré en chair et en os, mais qui incarne cet esprit de La Vieille France, par excellence, ensemble avec d’autres résistants comme Marc Rousset, Jean-Bernard Cahours d’Aspry, Jean-Michel Vernochet ou Hélène Richard-Favre, ou encore Oscar Freysinger qui ne veulent pas laisser couler leur pays dans l’indifférence totale d’un troupeau dépravé.

Mais comme un grand nombre de gens se comportent comme s’ils n’étaient point des animaux doués de raison mais comme des ruminants, les djihadistes entendent les traiter comme tels : au couteau en les égorgeant comme des moutons. Selon leurs us et coutumes, cela correspond au mépris le plus total - une mise à mort réservée à un ennemi faible et indigne. Je me rappelle une fois de plus Georges Bordonove qui aimait tant à citer la Sainte-Ecriture : « Il vaut mieux périr les armes à la main que de voir la fin de sa race et de ses temples ! »

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала