Courrier des lecteurs Yaroslav, 2014-11-20 14:05

Comparer une nation à une maladie est une insulte portée au peuple de ce pays. Infiniment plus grave que la dépêche de Metternich. Surtout, ces propos en disent long sur l'Etat d'esprit de celui qui s'exprime de la sorte.

Comparer une nation à une maladie est une insulte portée au peuple de ce pays. Infiniment plus grave que la dépêche de Metternich. Surtout, ces propos en disent long sur l'Etat d'esprit de celui qui s'exprime de la sorte. Ce type de propos a jadis été tenu par un chef du IIIe Empire allemand. Ils sont en parfaite adéquation avec les mouvements politiques qui ont surgit en Ukraine. Il est donc difficile de croire que les propos de M. Obama ont dépassé sa pensée, comme le prétend M. Kerry. Au contraire. Les USA sont entrés en phase de provocation, espérant pousser son ennemi désigné à la faute. Cela rappelle la guerre des Malvinas : pour détourner l'attention du peuple argentin sur les carences de leurs dirigeants, ces derniers ont ouvert un conflit aux Malouines, conflit certes ridicule, mais qui a occupé longtemps la presse. Il est plus facile à la Présidence américaine de faire pleurer le bon peuple américain sur le sort de la lointaine Ukraine (le peuple ukrainien n'en demande pas autant) que de rendre compte et r pondre devant son propre peuple des déficits gigantesques de la balance des payements et des dépenses publiques du pays que l'on dirige...

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала