L’Occident est malade de nazisme

L’Occident est malade de nazisme
Le racisme et le nazisme ont pignon sur rue en Europe Occidentale de nos jours. On reçoit à la télévision les coupeurs de tête et cannibales comme Abou Sakkar, ex-commandant de l’Émirat islamique de Baba Amr. François Hollande traite en héros Abou Saleh qui avait mis en scène l’égorgement public de plus de 150 Syriens par le même Emirat, une « zone libérée » par les « modérés » de l’Armée syrienne libre. Le svastika réapparaît en Ukraine où il se fait soutenir par l’OTAN. Les pays baltes érigent des monuments à la gloire des commandos SS qui commirent des atrocités indicibles contre les Juifs et les Russes dans les régions occupées.

Jean-Louis Vullierme a décidé d’explorer les racines du mal. Son ouvrage qui tient parfaitement de la réalité est saisissant par tous les détails dévoilés qui nous apprennent que Hitler ne fit pas cavalier seul mais se basait sur une longue tradition, la science et les idées du monde occidental dit « développé ».

Spoutnik. Votre ouvrage est intitulé : « Miroir de l’Occident ». De quoi s’agit-il au juste ?

Jean-Louis Vullierme. Tout d’abord « Miroir » veut dire qu’il n’y a pas identification totale, mais que, du point de vue idéologique, le nazisme est un reflet important de la civilisation occidentale qui est définie ici dans un format assez large qui comprend tout ce qui a contribué à la développer et aussi bien que la Russie que les Etats-Unis d’Amérique, l’Australie, la France, la Grande-Bretagne et tous les pays. On a toujours du mal ce qu’est que le nazisme : au bout de 70 ans nous savons que c’est une entreprise criminelle et terrifiante de l’histoire moderne… Mais nous ne savons pas bien l’expliquer et comprendre ce qui s’est passé.

Ma démarche c’était prendre cette maladie comme un génome pour se demander quels sont les composants idéologiques qui faisaient le nazisme. Et pour ce faire, je m’en suis allé faire un effort pénible c’est-à-dire interroger les nazis eux-mêmes : Hitler, Goebbels… Je les ai lus et j’avais étudié les sources qu’ils donnent. Ces sources sont très surprenantes. Par exemple, Hitler n’avait pas dans son bureau le portrait de Richard Wagner. Il avait le portrait de Henry Ford ! Il y a des sources américaines de nazisme. Il y en a également d’origine française. C’est le nationalisme qui fut inventé en 1789. Il déclencha le nationalisme allemand en 1807 lorsque les troupes de Napoléon occupent les principautés allemandes. Et ensuite il y a des sources de toute nature : les sources russes puisqu’évidemment le modèle bolchevique du parti unique a été repris par Hitler pour créer son parti unique, parti nazi. Il y a les sources communes à toutes les puissances coloniales parce que Hitler est un colonialiste, autant qu’un raciste et qu’un antisémite ! Sa visée à lui c’était de créer une Amérique de l’Est sur le modèle de l’Amérique de l’Ouest dans laquelle on aurait probablement tué les peaux-rouges, en l’occurrence les Juifs pour ensuite esclavagiser les Slaves ou, en tout cas, ceux que l’on voudrait bien garder vivants. C’est son projet qu’il énonce de manière assez claire et explicite en n’en cachant que les modalités. Nous ne l’avions pas clairement compris parce que les événements militaires ont arrêté Hitler au milieu de son projet. Mais ce n’est pas l’idéologie qui l’a arrêté. Si Hitler l’avait emporté sur les Alliés il aurait envahi définitivement l’Union Soviétique en transformant l’URSS en cette Amérique de l’Est dont il rêvait.

Spoutnik. D’après vous, le racisme aurait deux racines : l’antisémitisme et le colonialisme. Il rejetait aussi les Slaves hors de la pyramide des nations. Cependant, il est étonnant de constater que Ford ; lui aussi, est inscrit dans les annales des pères fondateurs du nazisme. Etonnant !

Jean-Louis Vullierme. Je peux vous confirmer qu’il n’y a pas une ligne d’antisémitisme dans Hitler ou Goebbels qu’on ne puisse trouver sous la plume d’Henry Ford ! Je cite des passages dans mon livre traduit dans une quinzaine de langues – malheureusement, pas encore en russe ! Et vous verrez que c’est effrayant ! Il faut savoir qu’Hitler aussi bien que Ford sont des scientistes. Ils croient beaucoup à la science et la science qui est alors enseignée est la science des races. C’est une science qui vient au départ d’Angleterre et de France et qui, à l’époque, est enseignée et se développe aux Etats-Unis. Et c’est en vertu des principes de la « science raciale » qu’il va commencer son premier crime de masse qui est le crime eugéniste. La société allemande y a résisté et il s’est trouvé dans l’obligation de le cacher. C’était le début pour lui de l’habitude de cacher les actes criminels qui étaient pourtant parfaitement conformes à l’idéologie de son régime.

Dans son second livre qui ne fut publié que dans les années 60 mais qu’il eut écrit intégralement, il dit : « Le but du national-socialisme sera de mettre en œuvre de façon appliquée les principes et les découvertes de la science des races.

Et la science des races est alors enseignée dans tout le monde occidental et la seule exception fut l’Union soviétique puisque, elle, elle repose à l’époque sur le matérialisme dialectique et échappe à cette contamination !

Mais tous les pays développés de l’époque y compris la France et l’Angleterre croient dur comme fer à la supériorité des races. Tous les pays du monde sont colonialistes ! Et depuis longtemps ! Il faut avoir l’honnêteté de préciser qu’il ne s’agissait pas que de l’Ouest ! L’Empire Russe lui-même et ses tsars allemands ont contribué à construire un Empire colonial. C’est une idéologie qui est très partagée.

Commentaire. Comme nous voyons, quelque chose dérape dans l’idéologie même de l’occident que l’on croyait être le phare de l’humanité ouvrant la seule voie possible à suivre par les pays en voie de développement. Or il se trouve que la société occidentale est profondément atteinte d’un mal qui s’avère être incurable : le colonialisme doublé d’antisémitisme qui se transforme en russophobie. Qui plus est, l’un des patriarches de capitalisme – Henry Ford – serait le maître de pensée pour le Führer !

Les Russes ne seraient donc absolument pas agresseurs mais agressés par une société de type occidental malade à partir de 1789 et cherchant à projeter sa violence en Afrique, Amérique et Russie. Hitler, comme l’a dit J.-L. Vullierme traitait les Slaves en peaux rouges indignes de vivre sur la planète Terre. Goebbels d’ailleurs a émis un décret de liquidation totale de toute la population de Donbass jusqu’au bétail ! 70 ans plus tard, le même Occident soutient la même croix gammée en Ukraine et se fraie un chemin colonial à travers le Proche-Orient semant la terreur et la désolation. La seule voie de guérir la planète serait de mettre les pays dits développés en quarantaine parce que dangereux pour tous les autres pays pacifiques.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала