Un Serbe parmi les favoris de Catherine II

© © Photo: ru.wikipedia.orgUn Serbe parmi les favoris de Catherine II
Un Serbe parmi les favoris de Catherine II - Sputnik France
Outre toutes les réformes qu’elle a menées, l’impératrice russe Catherine II, est restée célèbre pour sa faiblesse envers les hommes. Et pour sauver les apparences, tous ses favoris obtenaient un poste à la cour impériale. Ils étaient généralement officiers d’ordonnance. Le Serbe Semen Zoric était l’un des préférés de l’impératrice russe.

De nombreux Serbes se sont installés en Russie au XVIIIe siècle. Avec son oncle Maxime Zoric, qui est entré dans les rangs de l’armée russe, Semen, originaire d’une noblesse appauvrie, est arrivé en Russie dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. En 1754, alors qu’il avait 9 ans, le jeune Zoric a intégré le régiment de hussards et a participé à la guerre de Sept ans (1756-1763). Après avoir passé neuf mois en captivité chez les Prussiens, il a été promu au grade de lieutenant à l’âge de 16 ans.

Semen Zoric est devenu prisonnier pour la deuxième fois pendant la guerre russo-turque (1768-1774), lorsqu’il était commandant des détachements de reconnaissance. La deuxième fois, Semen a été capturé pendant la guerre russo-turque (1768-1774), lorsqu’il commandait les détachements de reconnaissance. Il a été blessé dans les combats. Le sultan a demandé à Zoric de passer de son côté, mais ni la récompense promise, ni les menaces ne l’ont convaincu de le faire. Zoric est resté à Constantinople jusqu’à l’échange des prisonniers. Ce n’est qu’après la conclusion du traité de Küçük Kaynarca en 1775 qu’il retourne en Russie. A son retour, un ordre de Saint Georges du 4e degré lui a été remis.

De retour à Saint-Pétersbourg, Zoric a demandé la protection au prince tout-puissant Grigori Potemkine, auprès de qui il s’est fait remarquer pour son courage pendant la guerre.

En ce qui concerne l’introduction de Zoric à l’impératrice Catherine, les historiens évoquent deux versions. Selon l’une d’elles, Potemkine les a présentés, car il espérait que Zoric remplacerait à la cour un favori de l’impératrice, le comte Petr Zavadovski, qui ne plaisait pas à Potemkine. Le prince a conservé Zoric au grade de capitaine-adjudant, et il l’a présenté à Catherine en 1777.

Selon la seconde version, Zoric, s’étant disputé avec le commandant du régiment, dans lequel il effectuait son service, est parti au Collège militaire de Saint-Pétersbourg pour demander un transfert vers un autre régiment. Le premier soir, il a perdu beaucoup d’argent au jeu de cartes au point de ne pas pouvoir payer son dîner à l’auberge. Mais un ami de longue date qu’il a rencontré sur le chemin vers Tsarskoïé Selo, lui est venu en aide. Il a hébergé Zoric chez lui et l’a invité à dîner. Ce soir là, les deux amis ont fêté leurs retrouvailles avec beaucoup d’alcool. Zoric, ivre, est parti dans le jardin à côté de la maison pour respirer un peu d’air frais, et s’est endormi sur un banc. Et c’est dans ce jardin qu’il a été aperçu par Catherine II, qui se promenait. Elle a tout de suite remarqué Zoric grâce à son physique attractif et sa taille. Elle a ordonné au valet Zotov, qui l’accompagnait, de s’asseoir à côté de l’officier sur le banc, attendre qu’il se réveille, et l’inviter au dîner du lendemain. Zoric était alors âgé de 30 ans, et Catherine en avait 85. Mais l’âge n’a jamais été un problème pour l’impératrice russe.

Le séjour de Zoric à la cour impériale n’a pas duré longtemps. En mai 1778 il a été chassé du palais impérial avec honte. Le jeune homme s’est disputé avec Potemkine à Tsarkoïé Selo, et a même voulu provoquer un duel avec lui. L’impératrice a déclaré personnellement la démission de Zoric et lui a donné une somme d’argent conséquente et 7000 serfs en compensation. Zoric a ensuite quitté brièvement Saint-Pétersbourg pour se rendre à Paris.

En septembre 1778, le jeune homme serbe est rentré à Chklov, où se trouvait sa propriété. Il organisait des bals, des mascarades, des spectacles et toutes sortes de soirées, comme devaient faire les personnes de sa classe. En 1780 l’impératrice lui a rendu visite à deux reprises, et l’ex-favori l’accueillait à chaque fois dans la joie et la bonne humeur. Zoric est mort trois ans après la mort de Catherine II, en 1799. /N

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала