Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Sanctions: l'Occident veut faire tomber le pouvoir russe

S'abonner
Pour Moscou, les sanctions économiques adoptées par les pays occidentaux contre la Russie en raison des événements en Ukraine cachent une tentative de faire changer le régime dans le pays, écrit mercredi 10 décembre le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

Pour Moscou, les sanctions économiques adoptées par les pays occidentaux contre la Russie en raison des événements en Ukraine cachent une tentative de faire changer le régime dans le pays, écrit mercredi 10 décembre le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

Ce point de vue exprimé initialement par le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a été développé lundi par son adjoint Sergueï Riabkov à la Douma (chambre basse du parlement russe).

La logique du diplomate est simple: les actions occidentales "laissent percevoir et ne cachent pratiquement pas l'objectif de créer les conditions socioéconomiques pour changer le pouvoir en Russie". En affaiblissant l'économie du pays, les sanctions détériorent le niveau de vie et sapent l'autorité du gouvernement - un contexte favorable à ceux qui voudraient faire éclater un "maïdan" en Russie.

Le jour même, le porte-parole de l'ambassade des États-Unis en Russie William Stevens a contesté ce point de vue. Dans une interview accordée à Interfax il a déclaré: "Les USA ne cherchent pas à provoquer un changement au sein du gouvernement russe, mais font pression pour faire changer sa politique". Il a expliqué que les sanctions seraient levées dès que la Russie remplirait ses engagements concernant l'Ukraine. Mais ses explications omettent le fait que les sanctions touchent la vie des Russes. Cet échange de vues n'est pas une simple querelle diplomatique. Il est question d'événements de premier plan dans les relations internationales.

On se demande donc si une nouvelle guerre froide ne se profile pas à l'horizon.

En effet, les sanctions économiques contre la Russie rappellent la confrontation économique entre l'Occident et l'URSS. Cependant, à cette époque, les méthodes de ce genre n'étaient pas nouvelles. Il suffit de rappeler l'attaque de la base navale américaine de Pearl Harbor le 7 décembre 1941 par l'aviation japonaise. L'embargo pétrolier décrété par les USA contre le Japon était l'une des principales raisons de cette attaque, qui a déclenché la guerre dans le Pacifique.

Les leviers de pression économique sont devenus plus diversifiés et sophistiqués. Les sanctions financières occupent une part plus importante dans la liste des mesures adoptées contre la Russie.  Les sanctions s'attaquent aux banques publiques et aux compagnies russes
(VEB, Vneshtorgbank, Rosselkhozbank, Rosneft et d'autres), à qui il est interdit d'obtenir des crédits sur les marchés financiers occidentaux. Au vu de leur dette extérieure élevée, selon l'idée des créateurs de ces sanctions, ces mesures devraient provoquer un défaut.

Étant donné que les entreprises mentionnées sont essentiellement systémiques, tout laisse à penser qu'il s'agit d'une tentative de faire effondrer le système financier du pays.

Les conséquences d'une telle action pourraient être extrêmement douloureuses pour la vie de la population.

Dans ce sens, il est primordial de savoir comment les autorités russes contreront les tentatives d'ébranler l'économie du pays. Pourront-elles trouver les ressources nécessaires pour maintenir le niveau de vie de la population en gérant correctement les réserves? Dans le même temps, il faut faire en sorte de ne pas réduire les services indispensables pour la population, empêcher la hausse des prix du transport, de l'essence, du gaz et de l'électricité, car cela pourrait affecter la vie de la population. Les sanctions pourraient durer, il faut s'y préparer.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала