L’Arctique et le changement climatique

© SputnikL’Arctique et le changement climatique
L’Arctique et le changement climatique - Sputnik France
Les spécialistes prédisent une fonte totale des glaces arctiques en été vers la fin du 21e siècle. Les chercheurs ont établi qu’il y a quatre millions d’années l’Arctique n’était pas couverte de glaces et n’excluent la répétition d’une telle situation. Les changements climatiques multiplient des cataclysmes à travers le monde. L’Allemagne souffre toujours plus souvent d’inondations, alors que des incendies ravagent la Sibérie.

L’Arctique joue un rôle important dans les processus climatiques de la Terre. Des eaux douces s’y forment et se déversent dans l’Atlantique du Nord, en influant sur la circulation des masses aquatiques dans cet océan, mais aussi sur toute la planète. La carapace de glace arctique refroidit le climat planétaire, tandis que l’océan Glacial Arctique assume la fonction d’un échange thermique naturel le plus important. Or actuellement y subit des changements substantiels : hausse des températures, réduction de la superficie et de l’épaisseur des glaces, fonte du bouclier de glace de Groenland.

Comment le changement du climat marque l’Arctique ? – posons-nous la question à Dirk Notz, chef d’un groupe de chercheurs à l'Institut Max-Planck de météorologie.

« L’Arctique est un système d’alerte avancée pour notre planète. Chaque fois que le climat global change, nous le voyons d’abord en Arctique. En ce moment nous y enregistrons de grands changements : hausse forte de température, fonte des glaces. Nous voyons une réduction considérable de la superficie des glaces en océan Glacial Arctique, et ce processus va continuer. Vont-elles disparaître définitivement, cela dépend de l’homme. Si nous continuons d’émettre dans l’atmosphère autant de gaz à effet de serre, les glaces disparaîtront dans quelques décennies ».

Le développement du Nord russe est prioritaire pour notre pays. Il en a été question au 4e Forum international « L’Arctique : le présent et l’avenir », qui a achevé ses travaux à Saint-Pétersbourg. Il avait rassemblé plus de 500 délégués de 20 pays. Les participants ont mis l’accent sur les grandes perspectives de l’Arctique qui recèle 70 % de pétrole et 80 % de gaz naturel de tous les sous-sols sous-marins de Russie. De plus, la Voie maritime du Nord est la plus courte pour aller de l’Asie en Europe.

On planifie de développer l’Arctique par la coopération de l’Etat avec le secteur privé. Le business participera à la mise en valeur des ressources du plateau continental, à la reconstruction de l’infrastructure portuaire et d’aérodromes. L’Etat rétablira le réseau de navigation et rénovera la flotte. Des bases contemporaines de sauveteurs seront aménagées d’ici trois ans en Arctique. Actuellement trois centres du ministère des Situations d’urgence fonctionnent qui disposent de deux avions et de 14 hélicoptères.

La question de sauvegarde de l’écologie de l’Arctique est complexe et difficile, sont persuadés les scientifiques. Mais il faut et on peut la résoudre par étapes en suivant une stratégie commune. Le changement du climat est une sphère où l’homme ne décide pas tout. Or une exploitation compétente des ressources naturelles, le nettoyage des territoires des débris des années passées sont un devoir de l’homme. Et des efforts considérables sont consentis ces années-ci dans ce sens.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала