Le développement des relations russo-indiennes irrite les Etats-Unis et l’Ukraine

© © Photo: REUTERS/Anindito MukherjeeSergueï Aksenov
Sergueï Aksenov - Sputnik France
Les Etats-Unis sont extrêmement mécontents du comportement de l’Inde. Non seulement d’importants accords dans le domaine de la défense ou de l’énergie ont été signés en marge de la visite du président russe Vladimir Poutine à Delhi, mais aussi l’Inde a reçu le dirigeant de la république russe de la Crimée Sergueï Aksenov.

Qui plus est, un mémorandum a été signé entre la Crimée et une association « Partenariat indo-criméen ». Washington n’a pas pu retenir son irritation. « Cela peut détériorer le climat à la veille de la rencontre en janvier entre le premier ministre Narenda Modi et le président américain Barack Obama lorsque le dirigeant américain se rendra en Inde pour assister aux festivités à l’occasion de la Journée de la république », met en garde le département d’Etat américain.

L’Inde a pourtant refusé dès le départ de soutenir les sanctions occidentales contre la Russie et n’a pas l’intention de se laisser influencer par la position de l’Occident, fait remarquer Igor Morozov du comité pour les affaires internationales du Conseil de la Fédération de Russie.

« Le premier ministre Modi est un homme politique international très sérieux qui dirige un pays possédant un énorme capital humain et industriel. C’est l’une des plus grandes économies du monde. En étant partenaire de la Russie en tant que partie des BRICS, elle développe évidemment ses relations avec Moscou en ne tenant pas compte de la position de l’Occident notamment des Etats-Unis. Quant à la visite du chef de la Crimée Sergueï Aksenov, la Crimée est un sujet fédéré faisant partie de l’espace commun politique et économique de la Russie. La visite du gouverneur d’un sujet de la Fédération de Russie en Inde est une pratique courante. Les gouverneurs accompagnent toujours le président ou le premier ministre. Cette pratique s’inscrit dans le champ juridique contemporain du monde civilisé. Ensemble avec la Chine et la Russie l’Inde prône la création d’un monde multipolaire. Mais c’est ce que les Américains ne comprennent pas pour le moment. L’Ukraine non plus ».

Le chef de la Crimée Sergueï Aksenov n’a pas participé au programme officiel de la visite du président russe. Il avait son propre ordre du jour. Lors de sa rencontre avec les milieux économiques indiens il a parlé des principaux axes de la coopération qui pourrait être développée entre l’Inde et la république de la Crimée : tourisme, agroalimentaire, pharmaceutique, export de produits d’alimentation, hautes technologies.

Le succès de la visite d’Aksenov en Inde a mis hors de lui le président ukrainien. Petr Porochenko a même accusé l’Inde d’être trop portée sur l’argent. De toute évidence la coopération entre la Russie et l’Inde et plus particulièrement entre la Crimée et l’Inde serait tellement prometteuse pour les deux parties que le milliardaire, « roi du chocolat », magnat des médias et accessoirement président du pays en faillite Petr Porochenko n’a pas pu garder son sang-froid à l’annonce de cette nouvelle.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала