Afghanistan : la guerre après la guerre

© © Photo: Flickr.com/The U.S. Army/cc-byAfghanistan : la guerre après la guerre
Afghanistan : la guerre après la guerre - Sputnik France
Il reste deux semaines jusqu’à l’achèvement officiel de la mission de l’ISAF. Cependant, les troupes étrangères, notamment 850 militaires de la Bundeswehr, seront toujours stationnés en Afghanistan. La nouvelle mission « Support résolu » déploiera ses activités en Afghanistan à partir du 1er janvier 2015. Elle a pour but de former les forces locales de sécurité. Or, les militaires des Etats-Unis et de l’OTAN bénéficient, en outre, du droit de participer aux opérations armées. Il existe pour les soldats une guerre invisible contre eux-mêmes.

Selon le journal allemand Der Tagesspiegel, de plus en plus de militaires allemands se suicident dès leur retour d’Afghanistan. Le commandement de la Bundeswehr passe de tels faits sous silence pour ne pas traumatiser moralement les parents des victimes. Est-ce que cela peut soulager la douleur des proches ?

Der Tagesspiegel  évoque le récit d’Eva-Maria G., la mère du soldat de la Bundeswehr Wolf G. Wolf s’est fait photographier avec la chancelière Angela Merkel pendant sa visite à Mazar-i-Sharif. Il effectuait son service, tout allait bien. Or, dès son retour en Allemagne, Wolf devient agressif, despotique, suspect. Il refuse de consulter un psychologue et un matin il est retrouvé pendu dans sa chambre. « Je n’accuse ni la chancelière ni la Bundeswehr, dit Eva-Maria G., mais nos politiciens doivent connaître les conséquences du service militaire en Afghanistan ».

Les psychologues ont diagnostiqué le « syndrome post-traumatique » chez 1400 anciens militaires ayant servi essentiellement en Afghanistan. D’après les sondages des psychologues, en réalité ils sont deux fois plus nombreux. Selon les médecins, les anciens soldats, en premier lieu ceux qui servent sur contrat, ne veulent pas que les déviations psychiques figurent dans leurs documents. Le mal devient chronique et on n’en n’ignore pas les conséquences. L’expert militaire Victor Litovkine, chef de la rédaction des nouvelles militaires de l’agence ITAR-TASS, Victor Litovkine attribue le problème aux guerres en temps de paix.

C’est la psychose de la guerre, dit Victor Litovkine. Elle est due à la fatigue de l’horreur des opérations armées, des morts des amis et des camarades. Il ne fait aucun doute que l’armée américaine en a assez des opérations armées. Combien de temps peut-on guerroyer ? La Yougoslavie, l’Irak, l’Afghanistan, la participation indirecte à l’opération en Libye... Chaque soldat abandonnant le champ de bataille a besoin du traitement psychologique.

On pourrait sans doute envisager des moyens de traiter ces malades plus efficacement. Il convient d’évoquer, cependant, le terme de « cimetière des empires » employé par rapport à l’Afghanistan. Pour reprendre l’expression des experts, jusqu’à ce qu’il reste ne fut-ce qu’un seul soldat étranger, il n’y aura pas de paix dans l’Hindokouch. T

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала